Paix sociale en zone franche

01/09/2009
Paix sociale en zone franche

Gérer les conflits sociaux -si possible les éviter- et développer un esprit de médiation, tels sont les thèmes sur lesquels planchent depuis lundi le personnel travaillant en zone franche. Un atelier ouvert par Léopold Gnininvi (photo), le ministre de l'Industrie, de l'Artisanat et des Innovations technologiques, et par son collègue en charge du Travail, Nicoué Brouhm.

Objectif : promouvoir le dialogue social au sein des entreprises de la zone franche qui compte 59 entreprises et 9043 employés.La zone franche est l'un des secteurs les plus productifs du Togo. Le gouvernement, en partenariat avec le bureau international du travail (BIT), souhaite professionnaliser davantage ce secteur et y promouvoir un climat social apaisé afin de le rendre plus dynamique et plus compétitive l'activité commerciale et industrielle.  

« Il doit exister une entente mutuelle constante entre les entrepreneurs et leurs employés », explique M. Gnininvi. Même tonalité chez Nicoué Brouhm : « Nous voulons promouvoir des négociations permanentes, un dialogue social franc et objectif entre le personnel et les employeurs de la zone franche afin de garantir une meilleure productivité et prévenir les conflits sociaux», explique-t-il.

Les travaux s'achèveront mercredi.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Opération neutralisation

Faits divers

Un Togolais et un Burkinabé ont été présentés jeudi à la presse par la police. Arrêtés récemment, ils font partie d’un gang de coupeurs de routes.

Le Roy : 'Adebayor est très important pour nous'

Sport

Adebayor a été incroyablement physique contre la Côte d’Ivoire. Claude Le Roy ne tarit pas d'éloges sur le capitaine des Eperviers.

Eléphants et Eperviers se séparent sur un nul

Sport

Le Togo et la Côte d’Ivoire ont fait match nul lundi à Oyem (0-0). La CAN commence bien pour les Eperviers.

Les raisons de la mort violente d'une Togolaise à Washington

Faits divers

Le meurtrier présumé de Waliyatou Amadou, une jeune togolaise de 23 ans poignardée à mort à Washington, est sous les verrous.