Partager la vision stratégique du chef de l’Etat

12/07/2013
Partager la vision stratégique du chef de l’Etat

Acteur international important du transport et de la distribution, le Groupe français Necotrans qui opère dans les activités portuaires, la commission de transport, la logistique pétrolière et la distribution automobile, vient de signer avec le Togo une convention de 10 ans pour développer l'activité de manutention conventionnelle au Port autonome de Lomé (PAL). Il s’agit en fait d’une reconduction car la filiale locale, Getma-Manuport, est présente dans le pays depuis de longues années.

La modernisation du PAL, initiée par le gouvernement, est un formidable atout pour rivaliser avec les grandes plateformes régionales comme celles d’Abidjan ou d’Accra, souligne David Elbez (photo), directeur général de Necotrans Ports & Logistics.

Republicoftogo.com : Votre Groupe vient de bénéficier d'une reconduction de sa convention avec l'Etat pour l'activité portuaire dite conventionnelle. Sur quoi porte exactement cette activité ?

David Elbez : Les autorités togolaises viennent effectivement de reconduire pour 10 ans la licence accordée à Manuport Togo pour l'activité de manutention conventionnelle. La qualité des prestations, la productivité, le développement de nouveaux trafics régionaux et le niveau des investissements réalisés par le Groupe ont incité les autorités à renouveler ce contrat.

Republicoftogo.com : Quel est le pourcentage du conventionnel par rapport au conteneur ?

David Elbez : Le Port autonome de Lomé traite par an entre 1.000.000 et 1.200 000 tonnes de marchandises non conteneurisées, dites conventionnelles. Deux licences ont été accordées ; l’une à Manuport (Groupe Necotrans) et l’autre à SE3M (Groupe Bolloré).

Manuport traite 70% du tonnage annuel. Les produits concernés sont principalement à l'import le ciment, le riz, le sucre (sacheries), les produits métallurgiques, les engrais, le poisson congelé et à l'export les graines de coton. 

Republicoftogo.com : La modernisation de la plateforme portuaire est-elle pour votre Groupe synonyme de croissance ?

David Elbez : Notre activité contribue fortement au rayonnement régional du PAL, en forte concurrence sur ces produits avec les plateformes de Cotonou et d'Abidjan. Les capacités de stockage offertes par le PAL et Manuport ont permis une forte croissance de ces produits au cours des 10 dernières années. La modernisation opérationnelle telle que les unités d'ensachage des engrais a eu comme effet bénéfique de récupérer des volumes régionaux qui ne passaient par Lomé.

Republicoftogo.com : Le PAL est présenté par les autorités, mais également par les professionnels du secteur, comme un Hub à fort potentiel de développement. Partagez-vous cet optimisme ?

David Elbez : Le groupe Necotrans souhaite contribuer au travers de ses deux filiales au Togo, Getma et Manuport, à l'élan donné par le chef de l'Etat et à sa vision stratégique pour hisser le PAL parmi les ports les performants de la côte ouest-africaine ; une plateforme maritime logistique majeure dans le conteneur, le conventionnel et le vrac solide.

D’ailleurs dans cette perspective, notre Groupe s'est positionné, avec l'appui de la BOAD, sur le projet de port minéralier dont nous attendons les termes de référence.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.