Pêche illicite : accord sur un projet de traité

01/09/2009
Pêche illicite : accord sur un projet de traité

Quelque 91 pays, dont le Togo, ont trouvé un accord sur un projet de traité visant à lutter contre la pêche illicite, notamment en interdisant l'accès des ports aux navires recourant à ces pratiques, a annoncé mardi l'Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO). L'"Accord sur les mesures du ressort de l'Etat du port visant à prévenir, à contrecarrer et à éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée" constituera le tout premier traité mondial portant spécifiquement sur ces problèmes, précise la FAO dans un communiqué.

Il devrait permettre d'endiguer l'entrée sur les marchés internationaux de poisson capturé illégalement, dissuadant ainsi les pêcheurs peu scrupuleux.Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature, la pêche illégale représenterait environ 14% de la pêche annuelle mondiale.

Parmi les mesures prévues figurent notamment un système d'autorisation préalable pour les navires de pêche étrangers avant d'accoster dans certains ports, des inspections régulières par des agents formés par les Etats signataires, ainsi que la création de réseaux pour permettre aux pays de partager les informations sur les navires qui se livrent à la pêche illégale.

Le traité devrait être examiné par le Conseil de la FAO fin septembre et par la Conférence de la FAO en novembre pour examen final et adoption officielle.

Pour entrer en vigueur, le traité devra ensuite être approuvé par au moins 25 pays. Son entrée en vigueur se fera 30 jours plus tard.

Dans un rapport publié en mars, la FAO notait que 19% des principaux stocks halieutiques des pêches marines commerciales suivis par la FAO sont "surexploités et 8% épuisés" tandis qu'environ la moitié sont "pleinement exploités" en particulier dans l'Atlantique du nord-est, l'ouest de l'océan Indien et le Pacifique du nord-ouest.

Voici les pays ayant participé aux négociations

Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Bangladesh, Benin, Brésil, Bulgarie, Burkina Faso, Burundi, Canada, Chili, Chine, Chypre, Communauté européenne, Congo (République démocratique), Costa Rica, Cote d'Ivoire, Egypte, Equateur, Erythrée, Espagne, Etats-Unis, Ethiopie, Fédération de Russie, Fidji, France, Gabon, Gambie, Ghana, Grèce, Guatemala, Guinée, Guinée-Bissau, Haïti, Honduras, Islande, Iles Cook, Iles Marshall, Inde, Indonésie, Iran, Irlande, Italie, Japon, Kenya, Kiribati, Koweït, Lesotho, Libye, Madagascar, Malaisie, Malte, Maroc, Mauritanie, Mexique, Mozambique, Namibie, Norvège, Nouvelle-Zélande, Oman, Panama, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Ouganda, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Portugal, République de Corée, République centrafricaine, République dominicaine, Samoa, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Slovénie, Somalie, Soudan, Suède, Tanzanie, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay, Venezuela, Viet Nam, Zambie et le membre associé de la FAO, Iles Faeroe.

 

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.