Pérenniser la reprise

16/07/2012
Pérenniser la reprise

La croissance et les investisseurs sont de retour au Togo. Reste à améliorer le climat des affaires et à renforcer les infrastructures pour pérenniser la reprise. C’est le constat dressé lundi par l’hebdomadaire Jeune Afrique.

Avec un taux de croissance estimé à 4,2% en 2012 et à 4,4% l’année prochaine, le pays profite largement de la relance de l’agriculture qui représente plus de 40% du PIB et qui emploie plus de 70% de la population. Le magazine note que l’industrie extractive retrouve une certaine dynamique, y compris pour les phosphates.

S’appuyant sur une étude de la Banque africaine de développement (BAD), l’hebdo panafricain souligne cependant que le Togo doit impérativement développer et renforcer ses infrastructures routières et ferroviaires s’il veut gagner en compétitivité.

Enfin Jeune Afrique estime que toute politique volontariste de développement doit passer par l’amélioration de la collecte des recettes fiscales. Au Togo, le taux de pression fiscale est de 16,2%, très faible par rapport à ce qui est requis au niveau international.

Jeune Afrique N° 2688 du 16 juillet 2012

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.

Le Togo s'est débarrassé des CFC

Environnement

Le Togo est parvenu à se débarrasser presque totalement des CFC (chlorofluorocarbone), a annoncé André Johnson, le ministre de l’Environnement.