Place aux affaires

18/06/2015
Place aux affaires

Le volume des échanges reste encore modeste

Le Forum économique des affaires entre le Maroc et le Togo s’est ouvert ce matin. Une quarantaine d’hommes d’affaires togolais sont présents dans le royaume depuis le début de la semaine avec à leur tête le ministre des Affaires étrangères et le président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCIT). 

Une journée pour échanger avec les responsables du secteur privé marocain sur les opportunités d’investissements au Togo, mais également la possibilité pour les opérateurs économiques togolais de s’assurer une meilleure visibilité.

Le volume des échanges entre les deux pays reste modeste – environ 27 millions de dollars – il y a donc de la marge pour prendre des parts de marché.

Pour les responsables de la Confédération générale des entreprises du Maroc, le Togo présente un certains nombres d’atouts, notamment sa position géographique et à son port qui permettent de travailler avec l’ensemble des pays de l’Hinterland. L’implantation en zone franche présente également un caractère attractif.

L’hôtellerie, le bâtiment, les infrastructures, l’énergie, la banque et l’agriculture sont des secteurs dans lesquels le Maroc pourrait investir.

Depuis plusieurs années, le consul honoraire du Togo au Maroc, Ahmed Ringa,déploie toute son énergie pour rapprocher les deux pays.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !

Agriculture : le FIDA en première ligne

Coopération

Le FIDA pourrait jouer un rôle central dans la relance du secteur agricole, estime le secrétaire d’Etat adjoint américain au Trésor.