Production laitière : expertise israélienne

31/05/2015
Production laitière : expertise israélienne

10.000 litres de lait produits au quotidien

Développer la production laitière locale et doter le Togo d’un véritable cheptel bovin, telle est l’ambition du parc de Sévagan qui bénéficie du soutien de la Cellule d’appui aux initiatives de développement (CAID) et de la société israélienne Afrimilk.

En fait, l’idée date de 1996, mais n’avait jamais vu le jour. Aujourd’hui, le contexte a changé et sa mise en œuvre est devenue. possible.

‘Le projet consiste à améliorer l’élevage bovin assurer la production de lait et assurer le recyclage du fumier par la méthanisation’, explique Octave Olympio, le responsable du projet.

La phase préliminaire prévoit d’avoir un parc de 922 bovins dont 369 vaches et 189 génisses. Le rendement envisagé au départ est de 10.000 litres de lait par jour qui seront transformés sur place et destinés à la consommation locale.

Afimilk, dont le siège est situé dans le kibboutz d’Afikim (Vallée du Jourdain),  apporte son savoir-faire en matière d’alimentation de suivi sanitaire, de traite et d’exploitation industrielle de la production laitière.

En Afrique, Afrimilk est présent au Kenya et en Afrique du Sud.

Le site d'Afrimilk

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.