Proparco : l’anti-modèle concessionnel

06/11/2015
Proparco : l’anti-modèle concessionnel

Laurent Farge

Laurent Farge, le représentant régional de Proparco, achève une visite de 3 jours au Togo.

Filiale de l’Agence française de développement (AFD), dédiée au secteur privé, Proparco intervient en faveur du développement dans les pays du Sud. 

Son action se concentre sur des secteurs clés du développement : les infrastructures avec un focus sur les énergies renouvelables, l’agriculture et l’agro-industrie, la finance, la santé, l’éducation…

Proparco a accordé des financements en faveur de différents projets au Togo dont celui du terminal à conteneurs au port de Lomé. Des appuis sont également fournis à des Groupes bancaires (Ecobank, OraGroup) ou encore à une cimenterie (CimTogo).

Republicoftogo.com : Quels sont les objectifs de votre visite à Lomé ?

Laurent Farge : Nous visitons régulièrement les pays dans lesquels nous intervenons afin de mieux comprendre les enjeux et d’identifier des projets intéressants à financer. 

Republicoftogo.com : En avez-vous identifié ?

Laurent Farge : Les opérations en cours d’analyse sont de nature confidentielle. Quand on observe les interventions de la Proparco au Togo (banques, infrastructures ou fonds d’investissements), on espère bien continuer sur cette voie car il existe de nombreuses potentialités. Nous souhaitons, par exemple, renforcer notre présence directe en faveur des groupes agro-industriels familiaux de taille significative.

Republicoftogo.com : A combien se monte le portefeuille de la Proparco au Togo ?

Laurent Farge : Il est de 100 millions d’euros. Je dois préciser que Proparco ne fonctionne pas comme un bailleur public avec des enveloppes sectorielles. Nous tentons d’investir dans des projets matures, assez importants et affichant des critères de risques raisonnables. 

Notre principe est de prêter, d’investir ou de garantir des projets afin de générer une rentabilité mesurée afin de continuer à faire croitre l’activité. Il ne s’agit donc pas d’un modèle dit concessionnel comme le fait l’AFD avec l’argent du contribuable français.

Outre des projets industriels susceptibles d’accompagner le développement économique d’un pays, Proparco privilégie aussi les projets axés sur le climat, l’énergie verte et le social-business.

Republicoftogo.com : Le Togo a gagné 2 places dans le dernier classement Doing Business. Ce gain est-il bon pour l’investissement ?

Laurent Farge : Bien sûr. Dans notre analyse des dossiers, l’environnement des affaires est toujours un point extrêmement important du point de vue du risque.

Un pays comme le Togo, dans lequel l’environnement juridique des affaires est propice, cela constitue certainement un encouragement pour l’investissement.

En matière de politique publique, Proparco ne donne pas des conseils aux gouvernements, en revanche nous intervenons au niveau de la gouvernance locale des projets que nous finançons par des assistantes techniques.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.