Quantité et qualité

17/05/2013
Quantité et qualité

La revue du secteur de l’électricité au Togo, commanditée par le gouvernement et réalisée par la Banque mondiale, a été présentée vendredi à Lomé en présence du ministre de l’Energie par intérim, Dammipi Noupokou.

C’est un diagnostic sans complaisance du secteur qui prend en compte les problèmes de tarification, d’équilibre entre l’offre et la demande et les questions institutionnelles.

Renforcer la coopération entre la CEB, la CEET, les producteurs étrangers  et ContourGlobal pour fournir de l’énergie en quantité et en qualité à la population, telle est la préoccupation du gouvernement.

A cet égard, le directeur général de la CEET a souligné que sans l’intervention de ContourGlobal et de sa centrale thermique, les délestages seraient récurrents dès 10h du matin.

Cette revue va permettre d’améliorer le service auprès de la population en s’intégrant à la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE). 

« Il va sans dire que rien ne pourra se faire sans l’électricité qui s’est imposée comme la route incontournable de la création de richesse et du développement », a rappelé Dammipi Noupokou.

Voici l’intervention du ministre 

Je suis particulièrement heureux ce matin de vous souhaiter la cordiale bienvenue en ce lieu pour échanger sur une question brulante de l’heure,  malgré le calendrier chargé de tout un chacun de vous.

Monsieur le Représentant Résident,

Je salue votre engagement constant et celui de votre institution, aux côtés du gouvernement et du peuple Togolais dans ce secteur crucial qu’est celui de l’énergie et plus précisément le sous-secteur de l’électricité, pour les efforts que vous ne cessez de ménager pour contribuer à son développement.

Je salue particulièrement votre présence à la présente rencontre pour la restitution de l’étude sectorielle que votre institution a accepté conduire afin de nous fournir les éléments  d’une analyse sérieuse et objective de ce sous-secteur.

La rencontre de ce jour, vous vous en doutez, me donne l’occasion d’exprimer la gratitude du gouvernement et du peuple Togolais à votre institution pour cette  coopération exemplaire qui a toujours existée entre elle et notre pays en matière d’énergie.

Mesdames et Messieurs,

Chers participants,

Les réformes et programmes économiques initiés et engagés par le Gouvernement pour faire du Togo à l’horizon 2030 un pays émergent impliquent la mise en place, au niveau du sous secteur de l’électricité de moyens devant permettre de garantir une disponibilité suffisante et efficiente de l’énergie électrique. Pour ce faire, il est plus qu’important pour nous, après avoir pris des initiatives pour sécuriser un temps soit peu la fourniture, d’engager des réflexions plus poussées pour entrevoir les réels besoins du secteur afin de mobiliser les ressources nécessaires à leur financement, mais aussi de procéder aux réformes nécessaires pour la mise en place d’un cadre institutionnel et réglementaire cohérent et à même de répondre aux ambitions économiques du Gouvernement.

C’est dans ce cadre qu’une étude portant revue du sous-secteur de l’électricité a été commanditée par le Gouvernement et réalisée par la Banque mondiale.

Cette étude qui est en fait un diagnostic du sous-secteur a porté entre autres sur le cadre institutionnel et législatif du secteur. Elle a pour objectif de fournir au gouvernement et à ses partenaires techniques et financiers, notamment la Banque mondiale, des éléments et des propositions solides afin de les orienter dans leur prise de décision sur les importants et prioritaires défis auquel notre pays devra faire face dans le secteur de l’électricité.

Pour être plus explicite, je dirai que cette étude devra nous permettre d’évaluer les problèmes, d’effectuer des analyses sur le cadre réglementaire et institutionnel et les réformes nécessaires dans le contexte des engagements pris au plan national, sous-régional et régional.

Cette revue a aussi pour objectif de nous fournir les outils d’analyse sur la nécessaire équilibre entre l’offre et la demande d’électricité, et notamment l’élargissement de l’accès aux services fournis, l’équilibre financier du sous-secteur et l’épineuse problématique de la tarification, etc.

La présente rencontre sera pour vous le lieu de le passer au peigne fin, au regard de vos expertises diverses, les conclusions de cette étude, de formuler des observations et suggestions aux fins de soumettre au conseil des ministres un document fidèle à la réalité du terrain pour des décisions objectives et porteuses d’espoir pour nos concitoyens et notre économie. Cela dit, il me paraît superflu de vouloir vous rappeler l’enjeu de votre assise. Autrement, je vous sais suffisamment outillés et avertis pour faire en sorte qu’à la sortie de vos assises, il soit soumis à l’examen du Gouvernement un document fiable et de bonne qualité.

En tout état de cause, l’heure est plus que jamais venue pour nous de relever les défis et de tenir les engagements pris au niveau communautaire.

En effet, Mesdames et messieurs, nul ne peut nier le fait que notre pays et ses voisins de la sous-région Uemoa/Cedeao sont résolument engagés dans un processus irréversible de modernisation du sous-secteur de l’électricité visant notamment à optimiser les potentialités offertes par une meilleure pratique du mixte énergétique afin de rendre nettement plus accessible l’énergie et d’assurer par ricochet un mieux-être à nos populations. Car vous le savez mieux que moi, nos populations sont impatientes et attendent de nous des résultats probants et immédiats. Si l’adoption par le Gouvernement de la stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE) est illustrative de son engagement à répondre aux sollicitations des populations, mais aussi de son engagement à assurer à leur épanouissement, il va sans dire que rien ne pourra se faire sans l’électricité qui s’est imposée comme la route incontournable de la création de richesse et du développement.

Ainsi, pour relever les grands défis majeurs qui freinent le développement de notre secteur et par induction de notre économie, il est impérieux que nous retroussions nos manches et œuvrons à la fois avec célérité et pragmatisme.

Monsieur le Représentant,

Mesdames et Messieurs,

Je ne saurai terminer mon propos sans vous renouveler une fois encore ma profonde gratitude à chacune et à chacun d’entre vous pour le travail que vous vous apprêté à abattre pour doter notre pays d’un outil décisionnel de qualité. Par ma voix, le Gouvernement et le peuple Togolais renouvellent leurs sentiments de gratitude à l’ensemble de nos partenaires techniques et financiers, notamment à la Banque mondiale pour leur engagement multiforme à nos côtés.

En vous réitérant une fois encore mes souhaits de bienvenue à la présente rencontre, je souhaite plein succès à vos travaux et déclare ouvert, le séminaire de restitution de l’étude du sous-secteur de l’électricité du Togo, et je vous remercie pour votre aimable attention.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.