Quatre heures de débat entre le gouvernement et le secteur privé

16/01/2010
Quatre heures de débat entre le gouvernement et le secteur privé

Le Premier ministre Gilbert Houngbo a présidé jeudi un dîner-débat qui rassemblait les membres du gouvernement, les hommes d’affaires, les représentants du patronat et de la Chambre de commerce.
M. Houngbo et le ministre du Commerce, Guy Lorenzo, ont exposé les réformes économiques lancées depuis cinq ans ; un chantier destiné à améliorer le climat des affaires après des années de crise.
« Nous sommes déterminés à aller au bout de ces réformes pour assurer des conditions optimales de promotion des affaires dans le pays, car nous
savons tout le poids que le secteur privé a sur notre économie » a déclaré le Premier ministre qui a annoncé la mise en place d’un mécanisme de dialogue permanent entre les opérateurs économiques et les autorités.
Pour le secrétaire général du Patronat, Moctar Sow (photo), les initiatives prises pour moderniser l’économie togolaise commencent à porter leurs fruits. Il faut poursuivre dans la même direction pour créer de la richesse et donc des emplois.
Pendant le dîner, les questions ont été nombreuses et le débat direct et franc entre les ministres et le secteur privé. Quatre heure d’échanges pour définir les bases de l’avenir économique du Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.