Quatre heures de débat entre le gouvernement et le secteur privé

16/01/2010
Quatre heures de débat entre le gouvernement et le secteur privé

Le Premier ministre Gilbert Houngbo a présidé jeudi un dîner-débat qui rassemblait les membres du gouvernement, les hommes d’affaires, les représentants du patronat et de la Chambre de commerce.
M. Houngbo et le ministre du Commerce, Guy Lorenzo, ont exposé les réformes économiques lancées depuis cinq ans ; un chantier destiné à améliorer le climat des affaires après des années de crise.
« Nous sommes déterminés à aller au bout de ces réformes pour assurer des conditions optimales de promotion des affaires dans le pays, car nous
savons tout le poids que le secteur privé a sur notre économie » a déclaré le Premier ministre qui a annoncé la mise en place d’un mécanisme de dialogue permanent entre les opérateurs économiques et les autorités.
Pour le secrétaire général du Patronat, Moctar Sow (photo), les initiatives prises pour moderniser l’économie togolaise commencent à porter leurs fruits. Il faut poursuivre dans la même direction pour créer de la richesse et donc des emplois.
Pendant le dîner, les questions ont été nombreuses et le débat direct et franc entre les ministres et le secteur privé. Quatre heure d’échanges pour définir les bases de l’avenir économique du Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sortir de la pauvreté, c'est possible

Développement

Le président Faure Gnassingbé a lancé jeudi à le projet de développement rural de la plaine de  (PDRD).

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Les notaires togolais vont passer à l'Acte authentique électronique

Justice

Le nouveau président de la Chambre des notaires, Me David Koffi Tsolenyanu, a pris ses fonctions jeudi.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.