Secteur privé : dépassionnons les conflits sociaux

10/02/2014
Secteur privé : dépassionnons les conflits sociaux

Les tensions sociales ont un coût très lourd pour le secteur privé, les salariés et l’Etat. Il est temps de repenser la relation et de créer une véritable culture du dialogue. C’est le souhait exprimé lundi par le patronat (CNP).

‘Les contraintes auxquelles les entreprises togolaises font face sont nombreuses. Il faut repenser les stratégies, innover dans la gestion quotidienne et réévaluer nos objectifs. Les revendications des salariés doivent être traitées de manière adéquate et pérenne afin de ne pas compromettre la relance’, a indiqué François Adadé Ekué, l’un des responsables du CNP.

La grogne sociale et les grèves peuvent avoir de lourdes conséquences, estime M. Adadé Ekué, qui cite la baisse de production et du chiffre d’affaire, mais aussi à terme la perte des emplois. De surcroît, note-t-il, un climat social tendu n’est pas de nature à rassurer les investisseurs étrangers. 

Pour le CNP, il y a donc nécessité à établir un dialogue employeur/employé dépassionné, professionnel et responsable.

Toute cette semaine, le patronat va former, les chefs d’entreprises, les responsables des ressources humaines, les délégués du personnel aux techniques de gestion des conflits.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.