Secteur privé : dépassionnons les conflits sociaux

10/02/2014
Secteur privé : dépassionnons les conflits sociaux

Les tensions sociales ont un coût très lourd pour le secteur privé, les salariés et l’Etat. Il est temps de repenser la relation et de créer une véritable culture du dialogue. C’est le souhait exprimé lundi par le patronat (CNP).

‘Les contraintes auxquelles les entreprises togolaises font face sont nombreuses. Il faut repenser les stratégies, innover dans la gestion quotidienne et réévaluer nos objectifs. Les revendications des salariés doivent être traitées de manière adéquate et pérenne afin de ne pas compromettre la relance’, a indiqué François Adadé Ekué, l’un des responsables du CNP.

La grogne sociale et les grèves peuvent avoir de lourdes conséquences, estime M. Adadé Ekué, qui cite la baisse de production et du chiffre d’affaire, mais aussi à terme la perte des emplois. De surcroît, note-t-il, un climat social tendu n’est pas de nature à rassurer les investisseurs étrangers. 

Pour le CNP, il y a donc nécessité à établir un dialogue employeur/employé dépassionné, professionnel et responsable.

Toute cette semaine, le patronat va former, les chefs d’entreprises, les responsables des ressources humaines, les délégués du personnel aux techniques de gestion des conflits.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.