Secteur privé et bonne gouvernance

08/04/2010
Secteur privé et bonne gouvernance

Règles de l’Ohada* bafouées, réunions des conseils d’administration peu efficaces, gestion approximative, la plupart des entreprises togolaises ont besoin d’un management plus professionnel.
Pour corriger ces défaillances, le cabinet « Africa Audit
Consulting (AAC) a organisé mercredi un séminaire de formation destiné aux chefs d’entreprises, aux directeurs généraux et aux responsables juridiques et fiscaux.
Pour Ignace Clomégah (photo), expert-comptable au Cabinet AAC, le secteur privé doit promouvoir la bonne gouvernance comme le fait le secteur public.
Republicoftogo.com : Qu’es-ce qui ne marche pas dans la gestion quotidienne des entreprises privées au Togo ?
Ignace Clomégah : Beaucoup de choses. Par exemple, les entreprises ne respectent pas les délais légaux pour la convocation des réunions ou des conseils d’administration ; les quorums ne sont souvent pas atteints, les procédures ne sont suivies concernant une augmentation de capital. Bref, on est bien souvent à la limite de la légalité.
Il faut absolument que les sociétés privées adoptent des comportements de nature à rassurer les investisseurs et les clients. Il faut qu’elles se conforment aux normes de gestion fixées par l’Ohada. C’est à cette condition qu’elles bénéficieront d’un minimum de crédibilité.
* L'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) a été créée par le traité relatif à l'Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique signé le 17 octobre 1993 à Port-Louis (Ile Maurice). 

L'Ohada regroupe aujourd'hui 16 pays (les 14 pays de la Zone franc CFA, plus les Comores et la Guinée Conakry

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !

Agriculture : le FIDA en première ligne

Coopération

Le FIDA pourrait jouer un rôle central dans la relance du secteur agricole, estime le secrétaire d’Etat adjoint américain au Trésor.