Sécurité rime avec compétitivité

02/06/2010
 Sécurité rime avec compétitivité

Le Port autonome de Lomé (PAL) a renforcé ces derniers mois la sécurité. Badges électroniques pour le personnel, accès sécurisés, de vigiles en grand nombre, c’est le prix à payer pour se conformer aux recommandations internationales et gagner des parts de marchés.
« Nous devons respecter scrupuleusement ces mesures si l’on veut éviter d’être placé sur la liste noire », explique le contre-amiral Fogan kodjo Adegnon (photo), le directeur général du PAL.
Republicoftogo.com : Certains employés, mais également des clients du Port jugent les conditions d’accès trop draconiennes
Fogan kodjo Adegnon : Tout navire qui accoste au PAL doit être certain qu’il vient en lieu sécurisé. Nous devons lui garantir qu’il ne sera pas l’objet d’une attaque, d’un vol ou de toute autre forme de criminalité. A cela, s’ajoute, bien évidemment, la sécurité du chargement. L’affréteur veut légitimement avoir la certitude que la totalité de la cargaison transportée arrivera bien à destination.
Je vous donne un exemple simple. Quand une voiture est expédiée d’Europe vers le Togo, il ne faut pas qu’à l’arrivée les rétroviseurs ou le poste de radio aient disparu. C’est aussi simple que ça.
C’est pour toutes ces raisons que nous avons renforcé les mesures de sécurité.
Seuls les employés travaillant sur les installations sont autorisés ; les autres n’ont rien à y faire. Nous avons expliqué cela aux salariés, mais aussi aux transitaires et aux transporteurs qui utilisent souvent une main d’œuvre ponctuelle et non autorisée sur le périmètre du PAL.

Republicoftogo.com : Pourquoi le Togo a-t-il attendu si longtemps avant de commencer par mettre en application ces mesures ?
Fogan kodjo Adegnon : Si vous avez un port sécurisé bénéficiant d’un label de qualité, les navires viennent sans problème.
Depuis l’attentat du 11 septembre 2001 à New York et après des attaques contre des navires, une psychose s’est emparée des autorités américaines qui ont commencé à mettre certains ports sur une liste noire. Ceux qui n’offrent pas assez de garanties.
Si, par exemple, un porte conteneurs charge dans un port figurant sur cette liste, il ne sera pas autorisé à se rendre immédiatement aux Etats-Unis. Il sera placé en quarantaine, le temps que les gardes côtes inspectent le bâtiment et son chargement.
Sachant que l’affrètement d’un navire commercial coûte entre 10.000 et 40.000 dollars par jours, vous pouvez aisément imaginer la réaction des clients. Personne ne peut accepter une telle situation.
Ils doivent donc utiliser des ports 100% sécurisés. Et fort heureusement, le Port de Lomé ne figure pas sur cette liste noire.
Une équipe d’experts parmi lesquels des gardes côtes américains, ont inspecté le PAL il y a deux mois nous donnant quelques conseils pour améliorer encore un peu plus les choses. Nous avons exactement 70 jours pour nous y conformer.
Republicoftogo.com : Ces mesures sont-elles de nature à renforcer le trafic et dont les recettes générées par le PAL ?
Fogan kodjo Adegnon : Absolument. Ces dispositions ont aussi pour objectif de développer l’activité.
Davantage de bateaux viendront si le PAL bénéficie de ce label 100% sécurité.
Et paradoxalement, cette sécurité renforcée permet aussi plus de fluidité dans le traitement des marchandises.
Le Port joue un rôle essentiel dans l’économie nationale car il contribue à plus de 80% des recettes douanières du Togo.
Republicoftogo.com : Quels sont les concurrents directs du Port de Lomé ?
Fogan kodjo Adegnon : Sur notre côte, il y a Abidjan et Cotonou qui font pratiquement le même tonnage que Lomé, c’est à dire entre 7 et 8 millions par an.
Mais le grand avantage du PAL par rapport à ses concurrents est d’avoir un port en eau profonde (14 mètres, ndlr).
C’est vraiment un atout à une époque où les armateurs construisent des navires marchands de plus en plus grands pour gagner en compétitivité et en coût.
Et de ce côté là, Lomé a un énorme avantage qu’il faut savoir exploiter avec la prochaine construction d’un nouveau quai.

Le site du Port de Lomé

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.