Un Togolais, un emploi !

14/12/2010
 Un Togolais, un emploi !

Des milliers de jeunes diplômés ont pris d’assaut mardi le Palais des congrès de Lomé ou s’est ouvert la 2e Semaine de l’emploi.
C’est le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Octave Nicoué Broohm (photo), qui a donné le coup d’envoi. Il avait à ses côtés la ministre du Développement à la base, Victoire Dogbé Tomégah.
« Le vrai marqueur dans la lutte contre la pauvreté, c’est l’emploi. Des jobs décents en grand nombre, permettent d’offrir à ceux qui n’ont pas de moyens un minimum de bien-être, à eux-mêmes et à leur famille ; un excellent moyen de raffermir la cohésion sociale », a déclaré M. Broohm.
Cette manifestation, a-t-il expliqué, vise «non seulement à rapprocher l’offre et la demande et à accroître les possibilités d’insertion, mais aussi à faire naître de nouvelles approches sur la façon d’aborder les questions liées à l’emploi ».
Le président du Patronat, Kossivi Nakou, a lancé un appel à toutes les entreprises togolaises pour accompagner la politique gouvernementale dont l’objectif est clair : « Un Togolais, un emploi ».
Tout en déplorant, l’inadéquation entre la formation et l’emploi, M. Nakou a plaidé pour une refonte des méthodes et des délais de formation des jeunes diplômés.
Plus d’une soixantaine de sociétés sont présentent au Palais des congrès pour des entretiens qui pourront déboucher sur des embauches.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.