Une vocation politique

22/01/2008
Une vocation politique

Le bureau du Comité interparlementaire de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (8 pays) se réunira au Togo du 21 au 26 janvier pour préparer sa 21e session prévue à Dakar du 16 et 28 février 2008. Entretiens avec les autorités, les partis politiques et la société civile sont à l'agenda de la délégation.

Le Comité interparlementaire (créé en mars 1998) dispose en son sein d'un organe spécifique dénommé CPP-UEMOA (Conseil parlementaire pour la paix), dont la mission est de régler les crises qui pourraient survenir au sein des pays membres. Mais selon ses animateurs, sa vocation est plus large car il contribue à l'enracinement de la démocratie et de la bonne gouvernance, à la consolidation de la paix dans la sous-région et à la prévention des conflits.

« Après les élections réussies du 14 octobre 2007 au Togo, il est normal que nous venions témoigner la solidarité des sept autres pays avec le peuple togolais », explique Mélégué Traoré, le président en exercice du Comité.

En attendant l'élection de ses membres au suffrage universel, le Comité est actuellement composé de 40 députés, à raison de 5 par pays élus par leurs pairs.

L'Union économique affiche donc ses ambitions politiques. « Il ne peut y avoir de croissance sans stabilité politique. Tout est donc lié et il est normal que l'UEMOA joue ce rôle », confie un responsable de l'institution.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.