Yawo Atsouvi Sikpa : « C'est le moment de profiter de la zone franche »

01/12/2008
Yawo Atsouvi Sikpa : « C'est le moment de profiter de la zone franche »

La société d'administration des zones franches (SAZOF) organise, du 2 au 6 décembre, ses journées portes ouvertes. Le public (officiels, médias, investisseurs, entreprises, banques et institutions) pourra assister  à des conférences et des exposés sur la zone franche du Togo et  sur les atouts d'une implantation en régime spécial.

A l'instar de nombreux pays africains (Sénégal, Maurice, Namibie), le Togo s'est doté d'une zone franche dès la fin des années 80.Un projet initiée à l'époque par une organisation américaine, l'Overseas private investment corporation (OPIC) et soutenue par l'Agence américaine pour le développement (USAID) et le PNUD (Nations Unies). Après quelques années de passage à vide du aux troubles politiques du début des années 90, les entreprises étrangères et togolaises sont revenues en zone franche.

59 entreprises y sont implantées avec plus de 8000 emplois directs dans divers secteurs : industrie plastique, pharmaceutique, agro-alimentaire, métallique, bois, textile, cheveux synthétiques, cosmétique, bijouterie, etc.

Yawo Atsouvi Sikpa est le directeur général adjoint de la Sazof, la société qui administre la zone franche.

Republicoftogo.com : Pourquoi ces journées portes ouvertes ?

Sikpa Yawo :

Deux raisons. D'abord rendre la zone franche visible, c'est-à-dire permettre à tous ceux qui viendront de constater ce qui se fait exactement en zone franche, ses activités, ses entreprises, ses produits, les matières premières utilisées, les lieux d'exportation, le nombre de travailleurs que chaque entreprise emploie etc.  

Ensuite, nous souhaitons que le public découvre toutes les opportunités de la zone et comprenne tout le bénéfice qu'il peut tirer d'une installation sous ce statut.

Republicoftogo.com : Quel bilan peut-on dresser après 18 ans après la création de la zone franche ?

Sikpa Yawo :

Cet aspect fait justement partie des conférences qui seront organiséesau cours de ces journées portes ouvertes. Nous allons examiner les impacts de la zone franche sur l'économie nationale. Aujourd'hui, la zone franche compte 59 entreprises pour un investissement estimé à 92,5 milliards de Fcfa et environ 8220 emplois directs.

Republicoftogo.com : Certains affirment que les employés des entreprises de la zone franche sont moins bien payés qu'ailleurs. Confirmez-vous ?

Sikpa Yawo :

  C'est ce qui se dit. Les travailleurs -et cela est légitime- réclament toujours une amélioration des conditions salariales ; en zone franche comme ailleurs. Ce qui est à mon avis d'abord prioritaire c'est d'avoir des entreprises qui s'installent et qui créent des emplois. On pourra ensuite parler d'augmentation des salaires.

Republicoftogo.com: En quoi la zone franche du Togo est-elle plus intéressante que d'autres dans la région ?

Sikpa Yawo :

Le premier atout c'est sa position géographique et la qualité de son port. Le second, c'est le travail de coordination que fait la Sazof. Notre mission consiste à assister les investisseurs dans leurs formalités grâce à un guichet unique.

Et bien sûr, il ne faut pas oublier l'expertise de la main d'Œuvre et l'hospitalité légendaire des Togolais.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.

De l'utilité du PUDC

Développement

Un an après son lancement, le PUDC offre un bilan largement positif. Mais ce n'est qu'un début.