Zone franche : Tamegnon rempile

24/10/2011
Zone franche : Tamegnon rempile

Laurent Coami Tamegnon (photo) a été reconduit en fin de semaine à la tête de l’association des sociétés de la zone franche du Togo (ASOZOF), au terme de son assemblée générale à laquelle assistait le directeur général de la société d'administration de la Zone franche (SAZOF), Sikpa Atsouvi Yawo. 

Republicoftogo.com : Quelles sont vos priorités pour ce nouveau mandat ?

Laurent Coami Tamegnon : L’ASOZOF est déjà à l’origine de la nouvelle loi qui régit le fonctionnement des entreprises en Zone franche. J’espère parvenir à un accord collectif et à une vraie convention collective. D’ailleurs, nous avons déjà l’appui du BIT pour financer la mise en œuvre.

Republicoftogo.com: On reproche parfois aux entreprises installées en Zone franche de prendre quelques libertés avec les conditions de travail et de rémunération des salariés.

Laurent Coami Tamegnon : Ce n’est pas vrai. La Zone franche paye les employés sur la base du Smig revu par le gouvernement. Il y a, certes, de petits problèmes que nous allons régler pour faire en sorte que les droits des employeurs et des employés soient respectés. 

La Zone franche représente aujourd'hui 63 entreprises qui emploient près de 10.000 personnes. 

C'est un apport économique très important pour le Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Adebayor indisponible pour une période indéterminée

Sport

Sale coup pour Emmanuel Adebayor, le capitaine des Eperviers. Selon le site StarAfrica le footballeur s’est blessé lors de la rencontre dimanche contre une équipe turque.

A la liberté, à la vie !

Culture

Le bureau régional de l’organisation de la Francophonie (OIF) a présenté lundi à Lomé son initiative baptisée ‘Libres ensemble’.

Un refuge efficace contre les moustiques

Santé

Le ministère de la Santé va fournir à la population près d’un million de moustiquaires imprégnées de longue durée d’action (MILDA).

Lutter efficacement contre le cancer

Santé

Le Togo ambitionne de se doter d’un institut de cancérologie. Pour y parvenir, il a besoin d’argent et de compétences.