Bac panafricain

02/02/2008
Bac panafricain

Les lycéens togolais passeront désormais leur Bac en même temps que les autres élèves des pays membres de l'UEMOA.

L'Union économique et monétaire ouest-africaine a en effet décidé d'organiser le baccalauréat de manière "harmonisée" dans ses huit pays qui forment l'organisation en juin à compter de l'année scolaire 2008-2009, a-t-on appris samedi à Ouagadougou auprès de cette institution.Les ministres de l'Education de l'Uémoa "ont décidé qu'on harmonise les calendriers du bac" et pris "une directive" en ce sens en juillet 2007, a déclaré Rui Duarte Barros, commissaire au Développement social et culturel de l'Uémoa.

Ils ont demandé "que les épreuves écrites du baccalauréat débutent dans l'espace communautaire dans la période comprise entre le 18 et le 21 juin de chaque année", a ajouté M. Barros.

Selon lui, la directive doit entrer en vigueur en juin 2009 mais elle sera appliquée dès juin 2008 (bien juin 2008) par le Bénin et le Burkina Faso.

Outre ces deux pays, l'Uémoa comprend la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Tous ont le franc CFA comme monnaie.

L'harmonisation de la période du bac doit notamment permettre de protéger "la crédibilité" de cet examen dans la région et d'éviter les "inscriptions multiples".

"Il y a des candidats qui s'inscrivent dans différents pays pour faire le même examen. Lorsqu'ils échouent dans leur pays, ils vont le faire dans les autres pays où ils avaient pris le soin de s'inscrire auparavant", a expliqué Rui Duarte Barros. "Notre objectif à terme est d'avoir un bac unique mais aussi d'uniformiser les programmes scolaires" dans la sous-région. Des "exceptions" pourront est accordées aux pays ayant eu des perturbations en cours d'année scolaire.

L'Uémoa par ailleurs décidé d'instaurer, à compter de 2008-2009, la "non-discrimination dans les conditions et droits d'inscription dans les établissements publics d'enseignement supérieur".

"Cela va permettre à n'importe quel étudiant d'aller s'inscrire dans un autre pays aux mêmes frais que les nationaux" afin de "favoriser la mobilité des étudiants dans notre espace", a affirmé M. Barros. "Si on veut que l'intégration soit vraiment effective, il faut des actions qui touchent directement à la vie des populations de l'Union".

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.

De l'utilité du PUDC

Développement

Un an après son lancement, le PUDC offre un bilan largement positif. Mais ce n'est qu'un début.