Bien manger, c’est mieux étudier

13/12/2012
Bien manger, c’est mieux étudier

La plupart des écoles primaires du Togo ne sont pas encore dotées de cantines scolaires, mais c’est bien l’objectif du gouvernement. Pour y parvenir, il s’est associé au Programme alimentaire mondial (PAM) et à la Banque mondiale, via la programme « Repas scolaire ».

L’ambition est de doter l’ensemble des établissements du pays d’un système de restauration pour les élèves et d’offrir une alimentation à haute valeur nutritionnelle.

Une réunion se déroule jeudi à Lomé pour en parler. Elle réunit, notamment, le ministre des Enseignements primaire et secondaire, Esso Solitoki, et le représentant du PAM au Togo, Moumini Ouedraogo.

Pourvoir au déjeuner des enfants est un élément capital de l’amélioration de la qualité de l’éducation, explique M. Esso qui souligne la volonté politique forte des autorités.

Depuis 20 ans, le PAM mène une expérience similaire dans plusieurs provinces du Cameroun. Résultat, le nombre d’écoliers a augmenté en moyenne de 84 % et parfois jusqu’à 219% ! en trois ans ; résultats similaires en Côte d’Ivoire. Ce qui démontre la pertinence du projet.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

D1 : AS Togo Port prend la tête

Sport

Lors de la 14e journée de D1, disputée dimanche, Anges et Sémassi ont fait match nul (0-0).

Travail remarquable

Coopération

Implantée dans une cinquantaine de pays, dont le Togo, PLAN est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale qui agit pour donner aux enfants et aux jeunes les plus marginalisés les moyens de construire leur avenir.

SCAPE : lever certains obstacles

Développement

La SCAPE, Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi, est la feuille de route que s’est donné le gouvernement pour assurer le développement économique du pays. Elle nécessite d’importants moyens et le concours actif des donateurs.

Chaude ambiance à la FTF

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) est secouée par une énième crise. L’ancien président de la Fédé, Tata Avlessi, s’oppose à son successeur, Gabriel Améyi,