Cas d’école

25/08/2014
Cas d’école

7% des enfants togolais ne sont pas scolarisés

Ce qui fait la force du système éducatif togolais est qu’il prend en compte l’éducation non formelle basée sur l’apprentissage, la formation des enseignants de l'éducation à la base. Constat dressé lundi à Lomé par des experts venus du Mali, du Niger, du Burkina-Faso, du Sénégal, du Bénin et de Côte d'Ivoire à l’occasion du’une conférence thématique.

L’idée est de bâtir un système éducatif unifié pour l’ensemble des pays francophones de la région ouest africaine. A cet égard, les participants évoqueront deux modèles, celui du Sénégal et du Togo.

Le Plan sectoriel de l’éducation (PSE), lancé en 2010, a la particularité de promouvoir une politique d'alphabétisation et d'éducation non formelle.

Mais les pouvoirs publics ne prétendent pas avoir atteint l’excellence, conscients des difficultés et des défis qui restent à relever.

Il n’empêche. Le Togo a introduit la gratuité dans le pré-scolaire et le primaire, construit des écoles, des cantines, procédé au recrutement d’enseignants, favorisé l’accès aux enfants handicapés.

Les autorités entend désormais parvenir à une meilleure représentativité entre filles et garçons, une meilleure répartition géographique dans le secondaire, une réduction des taux de redoublement et la scolarisation des 7% d’enfants togolais qui ne vont toujours pas à l’école.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.