Donner une chance aux meilleurs

24/02/2012
Donner une chance aux meilleurs

La Société nouvelle des phosphates du Togo (SNPT) a financé à hauteur de 50 millions de Fcfa le Programme « Excellence Jeunes » (PEJ) créé en 2011 et qui a déjà permis d’envoyer une trentaine d’étudiants togolais étudier dans les meilleurs écoles et universités africaines en Afrique du Sud, au Sénégal et au Burkina.

Sur place, ils suivent différentes disciplines dont la médecine, l’ingénierie, le droit, la pharmacie et l’architecture.

Le PEJ est l’initiative d’un réseau de cadres africains de la Diaspora destinée à accompagner les jeunes de classe Terminale. Tous les frais sont payés et en fin d’étude, il en entendu que les diplômés doivent revenir au Togo pour participer à son développement.

Didier Akouété (photo), le promoteur du projet explique que «La première expérience a commencé au Togo où 37 jeunes filles et garçons, d’âge compris entre 16 et 19 ans et retenus à la fin d’une procédure de sélection, sont entièrement suivis aux frais du PEJ dans les prestigieuses écoles de formation africaines », 

Pour la promotion 2012, les besoins en financement sont de l’ordre de 300 millions de Fcfa, indique M. Akouété. Si l’aide de la SNPT est la bienvenue, elle n’est pas suffisante pour couvrir le budget annuel. Avis donc aux sponsors.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

CAN 2017 : près d'un milliard a été levé

Sport

Le comité de mobilisation des fonds pour la participation des Eperviers à la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) a publié mercredi ses comptes.

Brassage des cultures

Culture

Une ‘Caravane littéraire’ est organisée du 26 février au 4 mars. Elle se rendra dans 5 villes du Togo, du nord au sud. Un évènement culturel attendu.

La coopération multiforme du PNUD

Coopération

Une mission du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement), dépêchée par le siège, est arrivée en début de semaine au Togo.

Le PGICT aura sans doute une suite

Environnement

Les pouvoirs publics entendent renforcer la gestion des risques d’inondations et de dégradation des sols dans les zones rurales et urbaines.