Enseignement supérieur privé : coup de pouce de l’Etat ?

01/02/2016
Enseignement supérieur privé : coup de pouce de l’Etat ?

Les facs privées accueillent chaque année des milliers d'étudiants

A côté des deux grandes universités publiques (Lomé et Kara) foisonnent des dizaines d’instituts d’enseignement privé. Si certains sont agréés par l’Etat, d’autres opèrent dans l’illégalité la plus totale avec le risque pour les étudiants de se retrouver avec un diplôme non-reconnu ou d’être contraints d’arrêter en cours d’étude en raison de la faillite de l’établissement.

Pour y voir clair et mettre un peu d’ordre, les premiers états-généraux de l’enseignement privé se dérouleront à Lomé les 4 et 5 février prochains.

L’objectif est de coordonner les dynamiques et d’établir des synergies entre le public et le privé.

Dans ce cadre, le ministère de tutelle réfléchit à la possibilité d’accorder des subventions ou un appui technique à l’enseignement supérieur privé. Rien n’est fait pour le moment, il s’agit de pistes parmi lesquelles des avantages fiscaux pourraient également être octroyés.

55 universités privées reconnues par l’Etat fonctionnent au Togo, mais on ignore le nombre exact d’étudiants qui fréquentent ces établissements.

L’effectif des deux universités publiques est cette année de 60.121 étudiants.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.