Inquiétude dans les établissements privés

16/03/2018
Inquiétude dans les établissements privés

Enseignants et parents préoccupés

Les écoles privées du primaire et du secondaire sont les victimes collatérales des mouvements de grève dans le public. Certes, le personnel enseignant n’a pas cessé le travail, mais ces établissements sont régulièrement envahis par de jeunes élèves oisifs venus perturber les cours, souvent à l’incitation de leurs enseignants.

Du coup, plusieurs écoles à Lomé et en province ont décidé de fermer boutique à chaque appel à la grève lancé par les syndicats du secteur public afin d’éviter d’éventuels troubles.

Conséquence, le programme est très perturbé. 

Alexandre Adognon, l’un des dirigeants de l’Union des fondateurs des écoles privées laïques du Togo (UFEPLAT) ne cache pas son inquiétude.

‘Nous sommes très préoccupés. Nous arrivons à la fin du deuxième trimestre et un important retard à été pris’. Il redoute même une année blanche.

Des pourparlers ont lieu actuellement entre les syndicats d’enseignants et le ministère de tutelle pour mettre un terme à la crise qui dure depuis la rentrée scolaire.

En cas d’accord, l’année scolaire pourrait être exceptionnellement prolongée pour rattraper le retard accumulé.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Tous mobilisés contre les changements climatiques

Environnement

La Semaine de la diplomatie climatique se déroule du 24 au 30 septembre avec de nombreuses conférences, débats, projection de films.

ACP-UE : début des négociations le 1er octobre

Coopération

Le Groupe central de négociation chargé de préparer les prochaines discussions avec l’UE pour parvenir à un accord post-Cotonou, s’est réuni dimanche à New-York.

Les échecs, c'est la pierre de touche de l'intelligence

Sport

L'Olympiade d'échecs 2018 a lieu du 23 septembre au 8 octobre au Sport Palace de Batoumi, en Géorgie. 

Les clubs issus de la D2 créent la surprise

Sport

Le championnat de première division a débuté samedi avec 14 clubs. Gbohloesu et Sara FC, venus de la D2, se sont imposés.