L’Australie s’engage en faveur de l’éducation

09/12/2011
L’Australie s’engage en faveur de l’éducation

L’Australie s’est engagée à verser une contribution de 270 millions de dollars au Partenariat Mondial pour l’Éducation (PME) pour la période 2012-2015.Ce partenariat offre à des millions d’enfants des pays les plus pauvres de la planète, dont l’Afrique, la possibilité d’être scolarisés.

Le Partenariat Mondial pour l’Éducation est soutenu, notamment,  par le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’UNICEF, l’UNESCO et la Banque Mondiale. 

Vingt-sept pays africains ont adhéré dont le Togo, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Libéria, le Mali, le Sénégal et la Sierra Léone.

Billy Williams (photo), le Haut Commissaire australien au Ghana, s’est félicité que son pays soit un l’un des principaux donateurs du projet.

"L’éducation permet non seulement à l’individu de se doter de compétences nécessaires pour construire son propre avenir, mais elle contribue également à la croissance économique et favorise la bonne gouvernance et la stabilité", a-t-il déclaré vendredi.

Créé en 2002, le Partenariat mondial pour l’éducation rassemble 46 pays en développement et plus de 30 organismes bilatéraux, régionaux et internationaux, ainsi que des banques de développement, des entreprises du secteur privé, des enseignants et des groupes locaux et mondiaux de la société civile.

Site

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.