L’USET doit corriger sa copie

05/11/2013
L’USET doit corriger sa copie

L’Union des syndicats de l’éducation du Togo (USET), à l’origine d’une grève de 3 jours, proteste contre la décision des autorités de fermer les établissements scolaires par mesure de précaution. Une réaction pour le moins cocasse. Pourquoi, en effet, laisser les écoles ouvertes si les professeurs sont absents au risque de voir les élèves échapper à toute surveillance.

Dans une déclaration alambiquée faite mardi, Ferdinand Akéta Abalo (photo), l’un des responsables syndicaux, a expliqué que ‘dès qu’une réouverture sera prononcée ce sera avec une solution et on retournera à l’école pour voir comment rattraper ce qui est perdu pour sauver l’année’.

M. Abalo n’est pas sans ignorer que l’année scolaire vient de débuter. Il n’y a donc rien à ‘sauver’. Ce dirigeant syndical doit également éviter d’inverser les responsabilités. C’est bien l’USET, avec cette grève de 3 jours, qui a vidé les établissements de leurs professeurs et non le gouvernement.

Les syndicats ont déjà obtenu satisfaction sur la plupart de leurs revendications, mais ils exigent de l’Etat le paiement de nouvelles primes estimés à 26 milliards de Fcfa ; impossible à satisfaire compte tenu des contraintes budgétaires du Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.