L'enjeu de la mobilité

29/09/2017
L'enjeu de la mobilité

D'un pays à l'autre, les diplômes ne sont pas ou peu reconnus

La Cédéao ne cesse de parler d’union et d’intégration. Dans la réalité, on en est encore très loin.

Il suffit de prendre l’exemple des diplômes universitaires. Un étudiant togolais aura le plus grand mal a obtenir une reconnaissance ou une équivalence en Côte d’Ivoire, au Sénégal ou au Mali.

Les ministres de l’Enseignement supérieur de la Cédéao (Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest, 15 pays), tentent depuis vendredi à Lomé de parvenir à un cadre harmonisé.  

‘Nos Etats sont engagés dans un processus de modernisation et d’intégration. L’éducation doit faire partie intégrante du projet’, explique Octave Nicoué Broohm, le ministre togolais de l’enseignement supérieur.

La Cédéao devra surmonter un certain nombre de difficultés liées au niveau des universités des pays membres. Certains établissements considèrent à tort ou à raison, qu’une formation est plus qualifiante dans un pays que dans un autre, d’ou la difficulté d’octroyer des reconnaissances automatiques.

Un accord de l’organisation pourrait faciliter la mobilité des diplômés à la recherche d’un emploi.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Approches innovantes et méthodiques

Développement

Les bénéficiaires de projets de développement initiés par le PNUD ne sont pas assez impliqués dans leur réalisation.

Tony Blair auprès du monde rural

Coopération

Tony Blair a séjourné à Lomé le 17 novembre pour la troisième fois depuis le début de l’année.

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.