Le Cames veut y voir clair

27/11/2017
Le Cames veut y voir clair

La profusion de centres de formation rend les choses plus compliquées

Depuis lundi, les membres du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames) sont réunis à Lomé. Les débats portent sur le programme de reconnaissance et d’équivalence des diplômes.

L’organisme et de nombreuses universités sont confrontés à la présentation de faux diplômes par des étudiants – souvent de bonne foi – issus de l’enseignement public et privé. Il devient difficile de reconnaître le vrai du faux. Compliqué pour tout le monde.

La réunion de Lomé va permettre d’y voir un peu plus clair et surtout d’authentifier les diplômes. Chaque université ou établissement privé aura l’obligation de faire reconnaître sa formation et donc ses diplômes, explique Bertrand Mbatchi, secrétaire général du Cames.

L’objectif de l’organisme n’est pas de sanctionner, mais d’inciter les écoles supérieures à se mettre en règle et de participer à une dynamique de changement et de performance.

Le Cames a notamment pour mission de coordonner les systèmes d’enseignement supérieur et de la recherche afin d’harmoniser les programmes et les niveaux de recrutement dans les différents établissements des 20 pays membres.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine.