Les étudiants de l’UL doivent se faire enregistrer

23/04/2012
Les étudiants de l’UL doivent se faire enregistrer

L'union libre des élèves et étudiants du Togo et de la diaspora (ULEETOD) a appelé lundi les étudiants de l'université de Lomé (UL) à aller se déclarer à la direction des bourses et stages (DBS) à Lomé en vue du paiement des allocations de secours et des primes d'équipement. 

Contacté par republicoftogo.com, le président de ce mouvement, Edi Apékou, a indiqué que cette opération était indispensable pour tous les étudiants de l’UL afin de permettre à la direction des bourses et stages de disposer d'un registre complet.

Sur les 44.000 étudiants inscrits à l'université, à peine 4000 ont déjà perçu la première tranche d’allocation de secours universitaire et de prime d'équipement. 

« Il est donc urgent que tous les étudiants se déclarent à DBS pour accéder à ces tranches", a déclaré Edi Apékou. Il a souhaité que l'Etat fasse des efforts supplémentaires pour régler au plus tôt la situation des étudiants. 

"C'est la désolation sur le campus, depuis la rentrée, la majorité des étudiants n'ont rien perçu jusqu'à présent, les besoins sont là et les étudiants ont réellement faim" a encore déclaré le président de ce syndicat.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.

Le Togo s'est débarrassé des CFC

Environnement

Le Togo est parvenu à se débarrasser presque totalement des CFC (chlorofluorocarbone), a annoncé André Johnson, le ministre de l’Environnement.