Lutter contre les violences en milieu scolaire

03/09/2017
Lutter contre les violences en milieu scolaire

Protéger les droits de l'enfant

Le Togo n’est pas assez actif dans la lutte contre les violences du genre en milieu scolaire (VGMS), indique un récent rapport de l’Unesco.

L’étude souligne l’absence de sensibilisation dans les programmes scolaires et le manque d’information des enseignants.

Le gouvernement va remédier à cette situation en lançant une unité de formation spécialisée sur ces questions à l'attention des enseignants.

Elle sera opérationnelle dès cette rentrée

Les VGMS sont un problème mondial qui empêche les enfants, en particulier les filles, d’exercer leur droit à une éducation sûre, inclusive et de qualité. 

Les données dont on dispose indiquent que les violences de genre en milieu scolaire constituent une des pires manifestations de la discrimination fondée sur le genre et elles portent atteinte à un large éventail de droits de l’enfant. 

L’éducation est cruciale pour autonomiser et transformer la vie des jeunes, en particulier des filles, mais la large diffusion des violences de genre à l’intérieur et autour des écoles compromet gravement la réalisation d’une éducation de qualité, inclusive et équitable pour tous les enfants.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.

Nomination des nouveaux commissaires

Cédéao

Lomé a accueilli pendant deux jours la 18e session extraordinaire du conseil des ministres de la Cédéao.

Incendie des marchés : six personnes recouvrent la liberté

Justice

Six personnes incarcérées dans le cadre des incendies criminels des marchés de Lomé et de Kara (janvier 2013) ont bénéficié mercredi d’une remise en liberté provisoire.