Nagou dénonce la pratique des cotisations parallèles

17/10/2008
Nagou dénonce la pratique des cotisations parallèles

Depuis le 6 octobre dernier, date de la rentrée scolaire, les frais d'inscription sont gratuits dans le préscolaire et dans le primaire. Toutefois, des parents d'élèves s'étonnent que certains établissements réclament encore des cotisations parallèles  pour permettre l'achat d'équipements et de matériels comme des livres, des cahiers ou des stylos. « Nous sommes confrontés à des difficultés car l'appui financier du gouvernement n'est pas encore arrivé. C'est la raison pour laquelle nous sollicitons les parents », explique le responsable d'une école primaire de Lomé.

Un pratique que dénonce le ministre des Enseignements primaire et secondaire et de l'alphabétisation, Yves Madow Nagou (photo). Il a demandé l'arrêt immédiat de ces cotisations assurant que le gouvernement faisait son possible pour fournir au plus vite aux écoles les moyens de fonctionner.« La gratuité de l'école a pour objectif de soulager la population. Cette mesure est effective et personne n'est en droit de demander de l'argent aux parents », souligne le ministre.

La gratuité de l'éducation au Togo était l'une des promesses de campagne du candidat Faure Gnassingbé en 2005.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Adebayor indisponible pour une période indéterminée

Sport

Sale coup pour Emmanuel Adebayor, le capitaine des Eperviers. Selon le site StarAfrica le footballeur s’est blessé lors de la rencontre dimanche contre une équipe turque.

A la liberté, à la vie !

Culture

Le bureau régional de l’organisation de la Francophonie (OIF) a présenté lundi à Lomé son initiative baptisée ‘Libres ensemble’.

Un refuge efficace contre les moustiques

Santé

Le ministère de la Santé va fournir à la population près d’un million de moustiquaires imprégnées de longue durée d’action (MILDA).

Lutter efficacement contre le cancer

Santé

Le Togo ambitionne de se doter d’un institut de cancérologie. Pour y parvenir, il a besoin d’argent et de compétences.