Réouverture prochaine de l’université de Lomé

06/06/2011
Réouverture prochaine de l’université de Lomé

Gouvernement, responsables de l’Université de Lomé et étudiants sont parvenus lundi soir à un accord qui devrait permettre la réouverture rapide de la faculté. Les autorités avaient décidé de fermer le campus à la fin du mois de mai à la suite d’échauffourées entre étudiants et policiers après un mouvement de protestation concernant l’octroi des bourses et le système LMD.
Tous ces points ont été évoqués lors de la discussion.
S’agissant des bourses d’étude, le principe de leur rétablissement a été accepté ; un comité sera chargé de proposer des mesures pour l'amélioration des conditions de vie et de travail des étudiants.
Concernant la formation LMD (Licence, Master, Doctorat), le communiqué indique que "Les étudiants ont marqué leur adhésion pleine et entière au système LMD en vigueur dans plusieurs universités en Afrique et mis en œuvre dans les universités du Togo depuis 2006. Toutefois, ils ont fait valoir la nécessité de tenir compte de la situation des étudiants en transition, c'est-à-dire ceux ayant commencé leur cursus dans le système antérieur et qui ont été rattrapés par le système LMD".
Les étudiants souhaitent qu'une session spéciale soit organisée pour permettre à ceux en transition d'achever leur cursus, conformément à l'ancien système.
"Les membres du gouvernement ont pris l'engagement de tout mettre en oeuvre pour la réouverture de l'université de Lomé dans de meilleurs délais", souligne le texte.
"La plupart de nos doléances ont été prises en compte au cours des échanges avec les autorités et nous voulons saluer cette bonne volonté du gouvernement; nous sommes en bonne partie satisfaits", a déclaré Tinakpa Yacoubou, président du HACAME et porte parole des étudiants.

Voici le communiqué final

Une séance de travail a réuni, ce jour, 6 juin 2011 à la primature des membres du gouvernement, les autorités des l’université de Lomé ainsi que les représentants des étudiants. L’objectif de la rencontre était de rechercher des solutions aux problèmes qui ont conduit récemment à la fermeture de l’université de Lomé.
Les discussions ont essentiellement porté sur les questions d’ordre académique et matériel contenues dans les plateformes de revendications soumises par les organisations estudiantines.
Aux termes des échanges, un consensus s’est dégagé sur les points suivants.

1 :Questions académiques
 Les représentants des étudiants ont unanimement réaffirmé leur adhésion au système LMD, mis en œuvre dans les universités du Togo depuis 2006.
Toutefois, ils ont fait valoir la nécessité de tenir compte de la situation des étudiants en transition, c’est-à-dire ceux ayant commencé leurs cursus dans le système classique et qui ont été rattrapés par le système LMD.
Ils ont souhaité à cet égard qu’une session spéciale de rattrapage soit organisée pour leur permettre d’achever leur cursus, conformément à l’ancien système. Il est apparu dans les débats qu’en réalité cette revendication était justifiée par la crainte que le nouveau diplôme, obtenu dans le système LMD, ne confère pas les mêmes ouvertures sur le plan professionnel que les diplômes classiques (Licences, maîtrise).
A ce sujet, le gouvernement s’est engagé à prendre les mesures appropriées qui seront proposées au comité interministériel chargé des questions de diplômes et de classement dans la fonction publique.

En ce qui concerne la revendication relative à la restauration systématique des sessions de rattrapage, il est apparu au cours des débats qu’une telle option est difficile à mettre en œuvre, en raison des effectifs et des infrastructures actuels. Cependant, il a été recommandé que les établissements s’efforcent de les reprogrammer pour les unités d’enseignement fondamentales.
Dans le même ordre d’idée, il a été recommandé aux concepteurs des programmes de formation de ne pas multiplier les pré-requis et de ne pas s’en tenir qu’à ceux qui sont indispensables. Il a été admis qu’avoir suivi l’unité d’enseignement précédente (UE) même sans l’avoir validée peut suffire pour suivre l’UE suivante.

2-Sur les questions matérielles
-Le principe de la restauration de la bourses d’études a été accepté. Pour la définition des critères d’attribution, la commission en charge de la question sera élargie aux représentants des étudiants.
Une commission, comprenant les représentants des étudiants, sera mise en place pour faire des propositions au gouvernement en vue de l’amélioration des conditions de vie et de travail dans les universités.

Les représentants des organisations estudiantines ont exprimé leur vif souhait de voir l’université de Lomé reprendre ses activités afin de permettre aux étudiants de finir dans la sérénité l’année académique 2010-2011. Ils ont par ailleurs, regretté les violences qui ont émaillé leurs mouvements de revendication.
A l’issue des discussions, les différentes parties prenantes ont pris l’engagement de tout mettre en œuvre pour la réouverture dans de meilleurs délais de l’université de Lomé.

Fait à Lomé, le 6 juin 2011

Ont signé :

Pour le gouvernement
Le ministre d’Etat, ministre de la fonction publique et de la réforme administrative, M.Esso Solitoki

Pour la présidence de l’université de Lomé,
Le président, Pr. Ahadzi-Nonou Koffi

Pour les représentants des étudiants
Adou Sébou, président MEET
Alou YAwo Kpayidra, délégué général des étudiants de l’université de Lomé,
Hountondji Dogji YYaovi, président de l’UETO
Tinakpa Yakoubou, président du HACAME

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les hommes qui savent aimer Valentine

Culture

La jeune chanteuse togolaise Valentine Alvares poursuit sa carrière à un rythme impressionnant. Elle vient de dévoiler son nouveau clip.

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Le Fonds PISCCA finance 9 projets

Coopération

Plusieurs initiatives locales contribuant à renforcer la société civile et à promouvoir les droits sociaux et économiques viennent de recevoir un coup de pouce.