Un nouveau modèle économique pour les universités du Togo

29/03/2017
Un nouveau modèle économique pour les universités du Togo

Octave Nicoué Broohm

Les deux grandes universités publiques du Togo (Lomé et Kara) accueillent chaque année de plus de plus d’étudiants et les exigences en matière de formation sont énormes. Problème, l’Etat n’a pas les moyens de répondre aux nécessaires évolutions du secteur.

Les frais d’inscription de 22.000 Fcfa par an ne suffisent pas à couvrir les frais de fonctionnement et les investissements dans l’enseignement et les équipements.

Une réalité que ne conteste pas Octave Nicoué Broohm, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

‘En dépit des efforts fournis, l’Etat éprouve des difficultés pour offrir aux jeunes des conditions valorisantes de formation’, a-t-il expliqué mercredi.

Outre le recours aux partenaires techniques et financiers, le ministre préconise la mise en place d’un nouveau modèle économique pour les universités du Togo.

‘Les frais de scolarité devront être progressivement revus à la hausse’, a-t-il indiqué.

D’autres pistes sont également envisagées pour offrir à la fois des structures de qualité et un enseignement de haut niveau. C’est une réflexion en profondeur qu’a lancé le ministère de tutelle en étroite concertation avec les responsables universitaires. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.