Clap de fin à Marrakech

17/11/2016
Clap de fin à Marrakech

Les Etats saluent l'accord de Paris et son entrée en vigueur rapide

La communauté internationale a réclamé l'engagement politique maximal contre le réchauffement, dans une proclamation de Marrakech à la veille de la clôture d'une 22e conférence climat de l'ONU marquée par l'élection à la Maison Blanche du climatosceptique Donald Trump.

Nous, chefs d'Etat, de gouvernement, et délégations réunis à Marrakech, sur le sol africain (...) appelons à l'engagement politique maximal pour lutter contre le changement climatique, priorité urgente, dit cette proclamation pour notre climat et notre développement durable.

La planète a connu cette année le 3e mois d'octobre le plus chaud depuis le début des relevés de températures en 1880, et la période de janvier à octobre la plus chaude, est venue rappeler jeudi l'Agence américaine océanique et atmosphérique.

Nous appelons à accroître urgemment l'ambition et à renforcer notre coopération pour combler le fossé entre les émissions de gaz à effet de serre (GES) actuelles, sources du réchauffement, et la voie à prendre pour respecter les objectifs de température fixés par l'accord de Paris fin 2015, ajoute le texte des Etats, longuement applaudi à la fin par les délégués réunis en session plénière.

Les Etats saluent l'accord de Paris, son entrée en vigueur rapide et affirment (leur) adhésion à son application pleine et entière.

La dynamique en faveur du combat contre le réchauffement, constaté toute cette année, est irréversible, ajoute le texte: elle n'est pas alimentée seulement par les gouvernements, mais par la science, les entreprises et les actions mondiales à tous les niveaux.

Le texte appelle aussi à des financements accrus pour soutenir les mesures contre le réchauffement.

Nous, pays développés, réaffirmons notre objectif consistant à mobiliser 100 mds de dollars par an pour les pays en développement d'ici 2020, précise la proclamation, reprenant cette promesse faite dès 2009 à la conférence climat de Copenhague.

Cette proclamation de Marrakech réaffirme l'engagement du monde à agir face au changement climatique, à un moment où notre résolution a pu être mise en doute, s'est félicitée l'Alliance des petits Etats insulaires.

Cette proclamation me donne confiance dans notre capacité à assumer cette responsabilité solennelle, a réagi le ministre de l'Environnement des Maldives, Thoriq Ibrahim.

Les négociateurs devaient clore leurs travaux vendredi.

Avec l'accord de Paris, les Etats se sont engagés à réduire les émissions de GES, issues pour l'essentiel des énergies fossiles, pour limiter le réchauffement bien en-deçà de 2°C. Mais il reste à lui fixer un mode d'emploi, pour contrôler et renforcer les engagements nationaux, à ce stade insuffisants.

Le Togo présent à Marrakech avec une forte délégation dirigée par le président Faure Gnassingbé a signé l'accord de Paris en septembre dernier. La ratification devrait intervenir dans les prochaines semaines.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine.