Gestion durable de l’environnement

22/11/2012
Gestion durable de l’environnement

La ministre de l’Environnement, Dédé Ahoéfa Ekoué (photo), a lancé jeudi à Kara  la campagne nationale de lutte contre les feux de végétation.

L’utilisation du feu est au Togo une pratique ancestrale en agriculture et en aménagement forestier. Le recours au feu de brousse permet de défricher et de débroussailler en un temps record. Maîtrisé, il ne cause pas de dégâts, en revanche, faute d’information et d’un minimum de précautions, les feux provoquent chaque année des catastrophes environnementales, parfois meurtrières

La campagne vise donc à contribuer à la gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles en vue d’améliorer la sécurité alimentaire, la croissance économique et la réduction de la pauvreté.

« Au Togo, les feux de végétation connaissent généralement leur démarrage fin octobre et leur recrudescence en novembre-décembre. Entre 1995 et  2010, 707 foyers de feux de végétation ont été dénombrés. En moyenne, plus de 50% du territoire (30 000 km2) est annuellement parcouru, avec ce cela comporte comme conséquences en termes de régression des écosystèmes et comme effets néfastes directs sur la santé et sur l’économie : incendies de villages, des récoltes et des cultures, destruction des plantations », a indiqué Dédé Ahoéfa Ekoué lors de son intervention.

Lire le discours de la ministre jeudi à Kara

C’est pour moi un grand honneur de me trouver ce jour dans la ville de Kara, pour procéder officiellement au lancement de la campagne nationale de lutte contre les feux de végétation 2012-2013.

Depuis des années, le gouvernement a opté d’encourager sur toute l’étendue du territoire national, les feux précoces pour limiter les énormes dégâts causés par les feux tardifs aux ressources naturelles, aux agglomérations rurales et à l’économie nationale. 

Comme vous le savez, l’utilisation du feu est une pratique ancestrale très courante en agriculture et en aménagement forestier. Le recours au feu de brousse  permet de défricher et de débroussailler en un temps record et à moindre coût plusieurs hectares de superficie.  Maîtrisé, le feu de brousse ou de végétation ne cause pas de dégâts, sinon très peu. Ils procurent des bénéfices, notamment la protection des agglomérations, des habitations, des champs et plantations, facilitent l’aménagement et la gestion des aires de pâturage et  contribuent à la salubrité sociale. 

Malheureusement, le spectacle créé chaque année par les feux  de brousse est désolant, catastrophique et  quelque fois meurtrier. 

Au Togo, les feux de végétation connaissent généralement leur démarrage  en fin octobre et leur recrudescence en novembre-décembre de chaque année. Entre 1995 et  2010,  il est enregistré dans notre pays 707 foyers de feux de végétation. En moyenne, plus de 50% du territoire (30 000 km2) est annuellement parcouru, avec ce qu’ils comportent comme conséquences en termes de régression  des écosystèmes et comme effets néfastes directs à la santé et à la vie humaine ainsi qu’à l’économie nationale : incendies de villages, des récoltes et des cultures (mais, mil, sorgho, igname),  destruction des plantations (vergers, teckeraies privées ou de l’Etat) et des biens matériels.

Du point de vu forestier, le Togo enregistre un taux de dégradation du couvert végétal supérieur à 0,5% et est classé en « zone rouge » en 2005 par la FAO, d’où le défi que constitue la prévention des feux de végétation tardifs et incontrôlés. 

Ainsi, le gouvernement encourage-t-il la pratique des feux précoces et organise des campagnes d’information, de sensibilisation et de formation du public pour la prévention et la lutte contre les incendies des forêts et les feux de brousse.

C’est dans ce souci de gestion participative des feux que le ministère de l’Environnement et des ressources forestières a mis en place en 2010, une stratégie nationale de gestion des feux  de végétation qui a été élaborée dans le cadre du Programme de Renforcement de Capacités pour la Gestion de l’Environnement (PRCGE), avec l’appui financier du PNUD. L’objectif visé est de développer une prise de conscience, de renforcer les capacités humaine, technique, institutionnelle et organisationnelle du pays dans le domaine. Un accent particulier est mis sur la prévention et la lutte avec une forte implication des communautés à la base. 

Pour traduire dans les faits les dispositions prévues à l’article 65 de la loi N° 2008-009 du 19 juin 2008 portant code forestier, le ministère de l’environnement et des ressources forestières, comme il l’a fait par le passé, organise la campagne nationale et la ville de Kara a été retenue pour servir de point de départ pour la pratique des feux de végétation pour la campagne 2012-2013 et pour la redynamisation des comités villageois anti-feux. 

Mesdames et Messieurs,

La campagne nationale de lutte contre les feux de végétation 2012-2013 que nous lançons  ce jour ambitionne de contribuer à la gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles en vue d’améliorer la sécurité alimentaire, la croissance économique du pays et la réduction de la pauvreté.

Elle vise spécifiquement à réduire de moitié les feux de végétation au Togo par

l’information, l’éducation et la communication à travers les comités locaux de lutte contre les feux de végétation redynamisés et opérationnels.

Nous savons compter également sur la bravoure de nos sœurs, mamans qui sans être présentes au comité joueront leur habituelle partition. 

Mesdames et Messieurs,

Comme vous pouvez le constater, le souci permanent du gouvernement, sous l’impulsion de Son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République, est de minimiser sensiblement l’occurrence des feux tardifs, donc limiter leurs conséquences, pour assurer un développement harmonieux du pays.

C’est pourquoi nous appelons de tous nos vœux les populations à soutenir nos campagnes en respectant les consignes données par les services publiques, les comités locaux et les ONG que je salue au passage.

Entre autres résultats à obtenir cette année, il est prévu mille (1000) km de pare-feux pour être ouverts autour des plantations forestières, des flancs de montagnes, des formations savanicoles sensibles, des hameaux, greniers  à vivres, des champs de culture, les forêts sacrées ou classées, les réserves de pailles etc. D’autres activités dont les émissions-débats sur les média sont également prévues. Je vous invite, chacun à son niveau, à participer activement à ces manifestations.

C’est sur cette invitation que je déclare officiellement lancée ce jour, dans cette arène traditionnelle à Tchicthao, la campagne nationale de lutte contre les feux de végétation 2012-2013.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.