Le Togo respecte ses engagements

15/11/2017
Le Togo respecte ses engagements

Le Togo n'est pas un gros pollueur

Plus de 150 ministres et responsables gouvernementaux vont se succéder à partir de mercredi et pendant deux jours à la tribune de la 23e conférence de l'ONU sur le climat (COP 23) à Bonn (Allemagne).

Ils tenteront de redonner un élan au combat climatique. Pas évident.

Cette séquence politique se tient après plus d'une semaine de discussions techniques menées par les négociateurs des différents pays, sur la mise en application de l'accord de Paris.

Adopté par la communauté internationale en décembre 2015 à Paris, le texte vise à contenir le réchauffement planétaire sous 2 °C par rapport à la période pré-industrielle. 

Le ministre togolais de l’Environnement, André Johnson, a fait le déplacement.

En mai dernier, les députés avaient autorisé le Togo à ratifier l’accord de Paris. 

En septembre 2016 à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, le président Faure Gnassingbé avait signé le texte né de la COP21.

Cette ratification s’inscrit dans une vision de développement durable. Le Togo s’engage à participer aux efforts mondiaux de limitation de la hausse des températures.

Le pays pourra bénéficier des fonds climat créés sous la convention cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques, du transfert de technologies et du renforcement des capacités à travers l’élaboration de projets d’atténuation des émissions de gaz à effets de serre et d’adaptation aux changements climatiques.

Il faut rappeler que le Togo est un petit pollueur. Il n’émet que 0,02% des gaz à effets de serre.

Hier, experts togolais et africains ont participé à une réunion organisée en marge de la COP par la Banque mondiale.

L’occasion de détailler les initiatives togolaises d’expliquer comment le Togo s’arme contre le réchauffement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine.