Lutte contre la pollution marine

30/05/2014
Lutte contre la pollution marine

La mission militaire de l’Ambassade de France au Togo organise dans les locaux de l’Ecole du Service de Santé des Armées de Lomé, du 2 au 06 juin 2014, un séminaire Action de l’Etat en Mer dédié à la « lutte anti-pollution ».

Ce séminaire s’inscrit dans le cadre du projet « Appui à la réforme du secteur de la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée » ASECMAR, porté par la France, qui vise à aider quinze pays de la Cédéao et de la Ceeac à relever les multiples défis maritimes : sécuritaires, économiques et environnementaux.

Ainsi des représentants de ces pays, civils et militaires, affectés dans des organismes à forte vocation Action de l’Etat en Mer, travailleront ensemble tout au long de cette semaine afin de consolider leurs connaissances dans le domaine de la lutte contre les pollutions marines par hydrocarbures, d’étayer leur réflexion en matière de gestion de crise maritime et d’améliorer leur expertise du milieu marin.

L’organisation de ce séminaire international à Lomé vient par ailleurs appuyer le Togo qui, dans sa volonté d’apporter au plus vite des réponses concrètes aux questions maritimes, vient de porter par décret la création d’un organisme national chargé de l’Action de l’Etat en Mer (ONAEM).

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.