Protéger un site touristique exceptionnel

26/02/2016
Protéger un site touristique exceptionnel

Le gouvernement est à la manoeuvre

Longtemps géré par une Fondation privée, le parc national Fazao-MalfaKassa est retourné dans le giron de l’Etat fin 2015. C’est le ministère de l’Environnement qui a la charge de cette réserve naturelle exceptionnelle.

Mais selon une association de défense de l’environnement, le parc est menacé de disparition.

Le braconnage, l’agriculture sauvage et la présence d’orpailleurs bouleverse l’équilibre naturel et la biodiversité.

L’association recommande donc aux pouvoirs publics de confier la gestion à un opérateur privé ou à une ONG spécialisée.

Le parc est un site touristique remarquable. Il est adossé à la chaîne des monts Fazao-Malfakassa, somptueusement vêtu d'une mosaïque de formations végétales, essaimé de belles galeries forestières et de plaines fertiles colonisées par de nombreuses espèces végétales réputées pour leur arôme suave.

D'une superficie de 192.000 hectares, il est un sanctuaire pour les oiseaux, les primates, et les reptiles.

Il y a encore quelques années, on pouvait apercevoir des buffles, des antilopes, des éléphants. La plupart ont été abattus.

Le ministère de l’Environnement entend bien protéger cette réserve unique sur le plan de la biodiversité qui est également un atout pour la relance du secteur touristique. Des mesures devraient être annoncées dans les prochaines semaines. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Voir plus loin

Santé

Le service d’ophtalmologie du CHU Sylvanus Olympio de Lomé a reçu vendredi de nouveaux équipements.

L'art descend dans la rue

Culture

Les commémorations du 57e anniversaire de l’indépendance ont pris fin vendredi avec l’inauguration d’une gigantesque fresque.

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.