Brésil-Togo : coke en soute

17/08/2013
 Brésil-Togo : coke en soute

Décidément,la nouvelle liaison aérienne directe entre le Brésil et le Togo a du succès auprès des trafiquants de drogue. En juillet dernier, deux Africains s’étaient fait pincer à Lomé à leur descente du vol Ethiopian Airlines en provenance de Rio avec près de 3 kg de cocaïne dans leurs bagages. Le 13 août, les fins limiers de l’aéroport de Lomé ont arrêté cette fois un ressortissant équatorien, passager en provenance de Sao Paulo. Il était en possession de 7 kg de cocaïne.

De belles prises pour les agents de l’Office centrale de répression du trafic illicite de drogue et du blanchiment (OCRTIDB).

La coke n’est pas destinée au marché togolais, mais aux consommateurs européens et américains.

Les cartels utilisent des moyens divers et variés pour l’export. Depuis la Colombie, le Mexique ou le Brésil, la précieuse marchandise effectue un transit par l’Afrique avant d’être reconditionnée et cachée dans des conteneurs à destination des grands ports européens.

Autre méthode, le recours à des passeurs, communément appelés mules. Ces derniers transportent par avion de petites quantités de drogue. Ils sont payés quelques milliers de dollars pour un voyage qui peut s’avérer à hauts risques. C’est la mésaventure qui vient d’arriver à cet Equatorien.

Tituana Yamberla Luis Alberto arrêté le 13 août à l’aéroport de Lomé

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.