Un immeuble en construction s’effondre à Lomé

03/10/2012
Un immeuble en construction s’effondre à Lomé

Un immeuble de quatre étages s’est effondré mercredi matin à Amadahomé, une banlieue située à 12 km au nord-ouest de Lomé, faisant deux morts et deux blessés graves.

Les victimes sont des ouvriers travaillant à la construction de l’immeuble.

Les causes du sinistre demeurent inconnus, mais le président de l’Ordre national des Architectes du Togo (ONAT), Nicolas Kossi Akidjetan, met en cause le non-respect des normes de qualité.

«Le ciment n’est pas dosé, les fils de fer utilisés pour le bétons ne sont pas ceux convenables à un immeuble de ce genre, les fondations ne sont pas stables, rien n’a été respecté au plan architectural », explique-t-il. Un avis partagé par de nombreux riverains.

Les sauveteurs à la recherche des victimes

Il aura fallu plus de 10h aux sapeurs pompiers pour retrouver le corps des deux victimes.

Après ce drame, le président de la délégation spéciale de la préfecture du Golfe Agbényigna Aboka Kossi, a indiqué que l’Etat allait prendre des mesures contre les promoteurs qui ne respectent aucune règle.

Le ministre de la Sécurité, Yark Damehame et plusieurs autres personnalités se sont rendus sur les lieux.

Le chef chantier a été interpellé par la gendarmerie ; une enquête a été ouverte.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.