A Washington, Ayassor présente son mémo

16/04/2012
A Washington, Ayassor présente son mémo

Le ministre togolais de l’Economie et des Finances, Adji Otéth Ayassor (photo), participera en fin de semaine à Washington aux réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale.

L’occasion pour le Comité du développement – forum conjoint de la Banque mondiale et du FMI – et pour le Comité monétaire et financier international du FMI, de faire le point sur les activités des deux institutions. 

M. Ayassor prendra également part à la réunion des ministres des Finances africains.

Mais avant les réunions du week-end, il a débuté lundi une série de rencontres bilatérales avec les responsables du FMI.

La première a constitué une sorte de débriefing du Forum national économique du Togo qui s’est déroulé le 23 mars dernier à Lomé.

M. Ayassor a présenté un mémo de politique économique et financière qui détaille les grands axes que le gouvernement entend mettre en œuvre dans le cadre du prochain programme avec le Fonds. A la suite de quoi, le chef de mission du FMI pour le Togo, Montie Mlachila, et son staff ont commenté ces propositions et fait part de leurs remarques.

De son côté, l’équipe des Finances qui accompagne le ministre à Washington, aura toute la journée des échanges avec le FMI sur le tableau des opérations financières et économiques.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais Drépano-solidaires

Santé

La drépanocytose est un vrai problème de santé publique. Près de 250.000 Togolais en sont victimes.

Aucune coupure sur le réseau Moov

Tech & Web

Pas de perturbations sur le réseau de l’opérateur de téléphonie mobile Moov, contrairement à ce qu’ont affirmé les médias.

Des chirurgiens membres de l'Eglise Copte se mobilisent

Coopération

Deux cents patients soufrant d’hernies et de goitre seront pris en charge par des médecins égyptiens.

Les transfusions sanguines n'ont aucun caractère commercial

Santé

La culture de don du sang n’est pas très développée au Togo. Absence d’information et préjugés freinent la collecte.