Assurer la maîtrise du déficit courant

28/11/2014
Assurer la maîtrise du déficit courant

Kossi Tenou

‘Le Togo, à l’instar de la plupart des pays de l’UEMOA, présente un solde courant structurellement déficitaire, en raison principalement de l’insuffisance des recettes d’exportation pour assurer la couverture des importations des biens et des services.’

C’est ce qu’a indiqué jeudi le directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Kossi Tenou à l’occasion de la présentation des comptes extérieurs du Togo au titre des années 2011-2012.

‘Le profil des comptes extérieurs sur cette période est caractérisé par une aggravation du déficit courant porté essentiellement par le solde de la balance des paiements’, a précisé Badawasso Gnaro, le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances.

Mais ce déficit est supportable car il est rééquilibré par l’entrée de capitaux étrangers sous forme notamment de dons, d’investissements directs et de tirages publics à long terme, en plus de l’effet atténuateur que joue les transferts des migrants.

Pour assurer une maîtrise du déficit courant, des mesures urgentes sont conseillées. Elles concernent la croissance et la diversification de l’offre locale de produits alimentaires, ainsi que de biens manufacturés, la mise en place de politiques visant une meilleure exploitation du potentiel touristique et un accroissement de l’offre locale des services. Autres recommandations formulées, l’amélioration du climat des affaires en pour accroître les opportunités de financement des secteurs agricole et industriel et favoriser un afflux plus important de capitaux étrangers ;  la poursuite des mesures visant une meilleure maîtrise des dépenses publiques et une amélioration des recettes pour atténuer le déficit public et réduire le recours excessif à l’endettement extérieur.

Mais les perspectives se sont nettement améliorées depuis 2012, note Badawasso Gnaro qui cite un environnement des affaires plus amical avec le Guichet unique du commerce extérieur, la création de postes de contrôles juxtaposés, l’instauration de la carte unique délivré par le Centre de formalité des entreprises (CFE).

Une évolution positive qui n’a pas échappé à la Banque mondiale. Dans le dernier rapport Doing Business, le Togo fait en effet un bond de 15 points.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !

Agriculture : le FIDA en première ligne

Coopération

Le FIDA pourrait jouer un rôle central dans la relance du secteur agricole, estime le secrétaire d’Etat adjoint américain au Trésor.