Banques et entreprises doivent apprendre à mieux se connaître

09/03/2016
Banques et entreprises doivent apprendre à mieux se connaître

Le secteur bancaire est prêt à aider les entreprises sous certaines conditions

Les PME/PMI togolaises ont impérativement besoin de financements pour se développer, se moderniser et recruter du personnel. Problème, les banques sont très frileuses pour leur octroyer des crédits. Leur méfiance est souvent justifiée : absence de solvabilité, bilans truqués, marché étroit.

L’autre obstacle vient des entrepreneurs eux-mêmes dont les demandes sont parfois peu réalistes par rapport à leur surface financière et leurs véritables besoins.

Ce sont toutes ces questions qui sont évoquées mercredi par 200 chefs d’entreprises réunis à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT) et de l’Agence nationale de promotion et garantie de financement des PME/PMI

‘Il appartient aux entrepreneurs de déterminer le type de financement dont ils ont vraiment besoin pour développer leur activité. Ils faut donc leur expliquer et leur donner les outils nécessaires pour élaborer une demande de prêt’, explique Edoh Koami Ziadzi, le responsable du département procédures et méthodes à la BTCI (Banque togolaise pour le commerce et l’industrie). 

Les établissements bancaires se déclarent prêts à accompagner l’essor du secteur privé, mais veulent disposer des garanties minimales.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.