Banques et entreprises doivent apprendre à mieux se connaître

09/03/2016
Banques et entreprises doivent apprendre à mieux se connaître

Le secteur bancaire est prêt à aider les entreprises sous certaines conditions

Les PME/PMI togolaises ont impérativement besoin de financements pour se développer, se moderniser et recruter du personnel. Problème, les banques sont très frileuses pour leur octroyer des crédits. Leur méfiance est souvent justifiée : absence de solvabilité, bilans truqués, marché étroit.

L’autre obstacle vient des entrepreneurs eux-mêmes dont les demandes sont parfois peu réalistes par rapport à leur surface financière et leurs véritables besoins.

Ce sont toutes ces questions qui sont évoquées mercredi par 200 chefs d’entreprises réunis à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT) et de l’Agence nationale de promotion et garantie de financement des PME/PMI

‘Il appartient aux entrepreneurs de déterminer le type de financement dont ils ont vraiment besoin pour développer leur activité. Ils faut donc leur expliquer et leur donner les outils nécessaires pour élaborer une demande de prêt’, explique Edoh Koami Ziadzi, le responsable du département procédures et méthodes à la BTCI (Banque togolaise pour le commerce et l’industrie). 

Les établissements bancaires se déclarent prêts à accompagner l’essor du secteur privé, mais veulent disposer des garanties minimales.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Indice harmonisé des prix à la consommation : un casse-tête

Cédéao

La Cédéao vient d’achever à Lomé une réunion consacrée à l'état d'avancement des outils du traitement de l'indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) des pays membres.

La Chambre des notaires prend acte

Justice

Cinq nouveaux notaires ont prêté serment jeudi devant la Cour d’appel de Lomé. La profession est en pleine mutation. 

Un nouveau contrat de management pour le 2 février ?

Tourisme

Le journal Focus Infos annonce la signature d’un contrat de management entre Emaar  Hospitality Group et la société Kaylan qui exploite l’hôtel du 2 février.

Levée d'écrou

Social

Trois enseignants condamnés en début de semaine à Kara pour tentative d'enlèvement dans une gendarmerie ont été libérés.