Contrôle fiscaux : la DGI peut mieux faire

19/11/2012
Contrôle fiscaux : la DGI peut mieux faire

La Direction générale des impôts (DGI) souhaite optimiser ses résultats lors des contrôles fiscaux des entreprises appartenant au secteur bancaire, des assurances et des communications Dans ce cadre, elle vient de solliciter l’assistance française.

Cette coopération s’effectue via le Projet d’appui au renforcement des capacités institutionnelles en gouvernance économique et financière (PARCI 2).

Le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, Gnaro Badawasso, a indiqué que l’objectif était d’accroître les recettes, de lutter contre la fraude fiscale et l’évasion des capitaux.

Si les grandes entreprises s’acquittent de l’impôt et bénéficient d’une gestion saine avec experts comptables et commissaires aux comptes, les petites sociétés ont tendance à oublier de verser la totalité de ce qu’elles doivent à la DGI et le recours au tout espèces dans le commerce rend la tâche ardue aux contrôleurs.

 En photo : Christophe Grandcolas, formateur en contrôle fiscal du C2D (Catalyseur de développement)

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Maurice attend les Eperviers

Sport

Emmanuel Adebayor Sheyi, Agassa Kossi et Floyd Ayité ne participeront pas au match amical organisé entre le Togo et Maurice le 28 mars prochaine à l’occasion de la Journée de la FIFA.

L’épreuve du feu

Santé

L'association française ‘Solidarité Brûlés Nantes-Lomé’ est à pied d'oeuvre au CHU Sylvanus Olympio de Lomé pour sa XXe mission humanitaire au Togo. 

Entreprendre, inventer, innover

Tech & Web

Cina Lawson, la ministre des Postes et de l’Economie numérique a donné mercredi le coup d’envoi du FemaleTechCamp.

Une nouvelle vision de l'architecture et de l'urbanisme

Économie

Martin Robain, fondateur de l’agence française d’architecture et d’urbanisme 'Architecture-Studio', a donné la semaine dernière à Lomé une conférence à l’École africaine des métiers de l'architecture et de l'urbanisme.