Début des Assemblées de printemps à Washington

09/04/2014
Début des Assemblées de printemps à Washington

La délégation togolaise avec les responsables du FMI mercredi à Washington

Dans le vif du sujet. Les Assemblées de printemps de Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale ont débuté mercredi à Washington avec une première réunion entre la délégation togolaise et les responsables du Fonds.

Présents à Washington, le ministre de l’Economie et des Finances, Adji Otéth Ayassor, le ministre de la Planification, Mawussi Djossou Semodji, la directrice de l’Economie, Josée Ahéba Johnson, le diecteur du Budget, Wolanyo Kodzo Amawuda et le directeur général du Plan, Eyéléwé Nyadzawo, notamment.

La première séance de travail avec le FMI a permis de faire le point de la coopération avec Montfort Mlachila, chef de la Mission du FMI pour le Togo et Werner Ch. Keller, le représentant de l’institution à Lomé.

Dans l’ensemble, le FMI se félicite de l’évolution positive de la feuille de route fixée d’un commun accord entre les deux parties. Celle-ci comprend l’assainissement des finances publiques et la bonne gouvernance 

Le Fonds formule toutefois plusieurs recommandations parmi lesquelles la réduction du fardeau de la dette et l’amélioration du recouvrement des recettes grâce à la mise en place de l’Office togolais des recettes (OTR). Il recommande aussi une réduction du coût de fonctionnement de l’Etat en optimisant le ciblage et l’efficacité des dépenses publiques. 

L’économie mondiale se remet de la Grande Récession, mais la croissance globale reste trop lente et trop faible, a déclaré mercredi la directrice générale du FMI, Christine Lagarde.

Mme Lagarde a souligné qu’« une reprise modeste et fragile est en cours et qu’il faut maintenant changer de vitesse pour réaliser une croissance plus rapide et plus durable. »

La patronne du Fonds a évoqué quelques tendances générales de l’économie mondiale : elle a noté que l’activité économique dans les pays avancés, tels que les États-Unis, la zone euro et le Japon, s’accélère, mais à des rythmes variables.

Même s’ils diminuent, les taux de croissance dans les pays émergents figurent parmi les plus élevés au monde, a-t-elle déclaré, surtout dans les pays émergents d’Asie, qui continuent de briller. De même, la croissance reste vigoureuse en Afrique subsaharienne. Les conditions sont plus difficiles dans les pays arabes en transition, où la croissance reste freinée par la situation sociale et politique difficile, a noté Mme Lagarde.

Christine Lagarde a évoqué les obstacles à court terme sur la voie d’une croissance plus rapide et plus durable. Parmi les vieux obstacles figurent l’achèvement des réformes du secteur financier, la persistance d’un endettement élevé dans beaucoup de pays et un chômage tenace.

Les nouveaux obstacles sont les suivants :

• La « basse-flation » — une période prolongée d’inflation basse qui peut affaiblir la demande et la production — et affaiblir la croissance et l’emploi.

• La volatilité accrue des marchés liée au retrait de l’assouplissement quantitatif dans les pays avancés et à des conditions de financement extérieur généralement moins favorables.

• Les tensions géopolitiques pourraient assombrir les perspectives de l’économie mondiale. Si la situation en Ukraine n’est pas bien gérée, elle pourrait avoir des répercussions plus vastes.

Christine Lagarde

«  Nous savons que le coût d’une croissance qui reste languissante est élevé : des gains de revenu modestes et de faibles réductions du chômage et des inégalités. Faute d’une ambition suffisante, le monde pourrait tomber dans un piège de croissance faible à moyen terme », a déclaré Mme Lagarde.

L’objectif est d’atteindre une vitesse de croisière pour la croissance à moyen terme, a noté Mme Lagarde. Comme la marge de manœuvre pour mener une politique d’accompagnement se rétrécit dans de nombreux pays, les réformes structurelles auront un rôle accru à jouer, notamment dans les domaines suivants :

• une augmentation de l’investissement et l’établissement de priorités appropriées pour accroître la production potentielle et l’emploi ;

• des réformes inclusives des marchés du travail pour contribuer à rehausser la croissance potentielle;

• des réformes des marchés des produits et des services pour combattre les intérêts particuliers, dynamiser la concurrence et libérer un énorme potentiel de croissance et de création d’emploi.

Renforcer la coopération internationale

« Tandis que l’économie mondiale se remet encore de la grande récession, et que les tensions géopolitiques s’accentuent, comment pouvons-nous renforcer la coopération internationale qui est essentielle aujourd’hui ? », a demandé Mme Lagarde.

Christine Lagarde a noté que les principaux pays du G20 ont reconnu, lors de leur réunion en Australie en février, que si les pays prenaient les mesures appropriées et si tous les pays coopéraient de manière appropriée, le PIB mondial pourrait progresser de plus de 2 % au cours des cinq prochaines années.

 « L’économie mondiale se trouverait ainsi sur une trajectoire bien différente et bien meilleure que celle qui est la sienne aujourd’hui

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.