Des banques solidaires, ça existe !

20/10/2009
Des banques solidaires, ça existe !

La FUCEC-Togo n'a pas attendu la vague du micro-crédit pour aider les populations les plus défavorisées. C'est même son cŒur métier depuis 40 ans. La Faitière des coopératives d'Epargne et de crédit du Togo lutte contre l'exclusion en accordant des crédits à taux préférentiels.

« Notre vision a toujours été et reste d'aider les populations à la base, celles qui sont exclues des systèmes financiers traditionnels autour d'une coopérative puissante et dynamique, pour lutter plus efficacement contre la pauvreté au Togo », explique Adrien Kokoumey Fédy (photo), le directeur général de la FUCEC.L'établissement, qui compte près de 400.000 membres et dispose de 87 bureaux et points de services à travers tout le pays a décidé de s'engager aux côtés du gouvernement pour aider les populations à la base ; un ministère est spécialement chargé de ces questions. La FUCEC accordera ainsi des crédits à faible taux aux groupements et associations dans trois régions du Togo. Ce n'est qu'un début, assure Adrien Kokoumey Fédy.

Republicoftogo.com : Quelle est la place de la FUCEC dans le système de financement des activités à la base ?

Adrien Kokoumeh Fedy:

C'est la première institution de micro finance au Togo. Notre principale activité est orientée vers le financement des activités à la base dans les petites et moyennes entreprises, dans l'agriculture, dans l'artisanat, dans le commerce etc.

Tous les ans notre contribuons à hauteur de 35 milliards de F cfa à l'économie nationale. Les statistiques officielles indiquent que 6 Togolais sur 10 vivent en dessous du seuil de pauvreté. Pour nous c'est inacceptable.

Nous pensons que la cause principale de cette situation réside dans le fait

que les populations à la base n'ont pas accès aux ressources financières nécessaires pour être productifs et contribuer à l'économie nationale.

Notre politique consiste fondamentalement à travailler sur le financement de proximité, à intervenir directement dans la vie du togolais par des formules simples d'épargne et de crédit fiables et sécurisées.

Après quarante ans d'activités, nous avons aujourd'hui le savoir faire ou mieux, le savoir être. A la différence des sociétés anonymes ou des autres institutions de micro finances, la FUCEC fonctionne comme une propriété collective où chaque épargnant a son point de vue à donner sur la vie et les activités de l'institution.

Republicoftogo.com : Vous venez de signer un accord avec le ministère du Développement à la base pour accorder des crédits à des groupements. En quoi consiste ce partenariat ?

Adrien Kokoumeh Fedy :

Le ministère du Développement à la base a initié un projet que nous trouvons fondamental pour relever le défi de la pauvreté dans notre pays.

Il s'agit du projet de soutien aux initiatives économiques des groupements (PSAEG). Nous avons accepté d'apporter notre appui en finançant des groupements inscrits dans ce projet à un taux préférentiel de 9%. Et nous avons en charge trois régions ; Lomé commune, la région des Plateaux et la région de la Kara.

Le gouvernement a mis 200 millions en guise de garantie, mais les crédits que nous accordons sont de 500 millions de fcfa sur fonds propres. A l'heure actuelle nous avons déjà financé des projets à hauteur de 150 millions en faveur de 2000 personnes.

Nous pensons que d'ici décembre, nos financements prendront encore du volume par rapport à ce projet.

Republicoftogo.com Quelle est la vision globale et quels sont les autres projets de l'institution que vous dirigez ?

Adrien Kokoumeh Fedy :

 Nous savons que l'épargne à la base constitue le principal levier de financement pour l'économie nationale. Et pour cela il nous faudra être plus proche de la population, communiquer davantage sur nos produits.

Nous faisons de la proximité financière et géographique, l'élément majeur de notre statégie.

Nous sommes en train d'innover en lançant « la banque à domicile ». Nous allons chez la commerçante devant son étalage, le cordonnier dans son atelier ou le paysan dans son champ pour lui proposer une épargne selon ses besoins et ses capacités et nous lui accordons un crédit qu'il rembourse de la même manière. Je pense que c'est une

innovation majeure !

Notre espoir est aussi d'arriver à automatiser autant que possible nos opérations. Ensuite construire un mouvement coopératif sous régional.

Nous sommes dans un espace économique unifiée, je parle de l'UEMOA ; nous devons en profiter pour créer un mouvement qui intègre l'ensemble des pays membres.  

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Europe un peu plus abordable

Tourisme

459.000 Fcfa, c’est le prix d’un billet entre Lomé et Paris (ou l’Europe) en ce moment sur Air France.

Votez pour eux !

Culture

Toofan a été nominé aux MTV Africa Music Awards dans la catégorie ‘meilleur groupe’

Comment le numérique va changer la vie des agriculteurs

Tech & Web

A Paris, Cina Lawson a expliqué comment la numérique pouvait s'inscrire dans une logique de développement de l'agriculture. 

'Il n'y a pas de fatalité à la famine'

Développement

Le président Faure Gnassingbé a pris part jeudi à New York à un side event sur le thème de l’élimination de la faim.