ETG bénéficie d’un financement de 77,5 millions de dollars

21/02/2013
ETG bénéficie d’un financement de 77,5 millions de dollars

Le Groupe Ecobank, dont le siège est au Togo, a annoncé jeudi la signature d’un accord pour fournir, par le biais de certaines de ses filiales, une facilité de financement du commerce de 77,5 millions de dollars en devises multiples au négociant est-africain de denrées agricoles, Export Trading Group (ETG). Cette facilité fournira des capacités de financement en monnaies locales à chacune des filiales d'ETG.

Cette transaction permettra à ETG de financer ses activités de négoce de denrées agricoles dans 9 pays africains (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Nigeria, Niger, Sénégal, Togo et Ouganda), renforçant ainsi ses positions au sein des principaux marchés, tout en pénétrant de nouvelles zones géographiques en Afrique de l'Ouest.

ETG est bien implanté en Afrique, en Inde et en Asie du Sud-est.

Photo (de gauche à droite) : l'Etat-major de ETG, Pradip Patel, directeur général, Mahesh Patel, président, Ketan Patel, directeur général

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Explosion de la presse en ligne

Médias

Coûts de fabrication élevés, problèmes de distribution, diffusion internationale difficile, de plus en plus d’éditeurs togolais privilégient la version numérique au détriment du papier. 

Tino Adjété jette l’éponge

Sport

Le 2e vice-président de la Fédération togolaise de football (FTF), Tino Adjété, a annoncé mardi sa démission. Le climat est pour le moins tendu au sein de l’instance nationale du football.

La tête dans les étoiles

Tech & Web

La WoeLab Togo organise ce week-end le ‘Space Apps Challenge’, un hackaton de 48h destiné à implémenter des solutions à même de faciliter la recherche et la vie en milieu spatial. Une initiative internationale soutenue par la NASA.

L’ajustement structurel, c’est terminé !

Finances

Le FMI a changé et n'impose plus les politiques d'ajustement structurel qui ont été notamment décriées en Afrique et en Amérique du Sud dans les années 80-90, a assuré samedi sa directrice générale.