Ecobank joue la transparence

18/07/2013
Ecobank joue la transparence

D'après des documents publiés le 16 juillet par le Financial Times,le premier actionnaire du Groupe Ecobank, dont le siège est au Togo, Public Investment Corporation (PIC), aurait fait part de ses inquiétudes à propos d’un litige impliquant des entreprises associées à Kolapo Lawson, le président de la banque panafricaine. 

Dans un communiqué distribué mercredi, Ecobank a tenu à rappeler son souci de transparence dans le fonctionnement de ses activités. ‘Le groupe Ecobank, sa direction générale ainsi que son Conseil d’administration demeurent déterminés dans leur adhésion aux normes de gouvernance institutionnelle les plus élevées. En conséquence, nous poursuivrons notre stratégie de soutien sans faille à nos parties prenantes et demeurons ouverts au dialogue pour toutes affaires liées à notre activité’, souligne le texte.

Voici le communiqué d’Ecobank

Au cours des vingt-cinq années d’existence du groupe, Ecobank a accompli des progrès considérables pour réaliser son ambition d’être la banque panafricaine leader.  En mettant en œuvre son programme opérationnel, le groupe a également poursuivi la mise en œuvre d’une vision très claire qui positionne l’Afrique et ses peuples au centre des avantages économiques découlant de la performance de la banque, tout en prenant soin de bâtir ainsi la cohésion d’un continent. A ce jour, le groupe a réussi à réaliser ses objectifs et affiche en fin de premier trimestre 2013, un résultat record.

L’article paru ce jour dans le Financial Times (17 juillet 2013) fait état de sérieuses allégations portées contre la probité financière du Président du Conseil d’administration d’Ecobank Transnational Incorporated (ETI) et sur la manière dont la direction générale d’ETI et le Conseil d’administration auraient géré une telle situation.  Ecobank peut se prévaloir de traiter de tels sujets de manière transparente et effective, et ce, en conformité avec les pratiques de bonne gouvernance à l’usage au sein du groupe. En effet, les questions soulevées par le FT avaient été traitées au préalable par le Conseil d’administration de ETI.

En réponse aux questions spécifiques posées par le FT, Ecobank a confirmé que les sujets concernant les relations de Monsieur Lawson avec Amcon avaient précédemment fait l’objet de discussions avec le Conseil d’administration et que, selon notre entendement, Monsieur Lawson avait conclu un accord avec Amcon sur ces sujets précis.

L’article évoque également des préoccupations au sujet de dispositions financières établies entre Ecobank et Monsieur Lawson. Il n’existe aucun prêt personnel entre Ecobank et Monsieur Lawson. Il existe en revanche, entre certaines sociétés dont Monsieur Lawson est administrateur, et Ecobank, des relations d’affaires, de sorte que l’une de ces sociétés bénéficie d’une facilité de crédit auprès de la banque. Il s’avère non seulement que l’échéancier de remboursement de ces emprunts n’est pas arrivé à échéance mais qu’en outre, ces emprunts sont garantis.

Le groupe Ecobank, sa direction générale ainsi que son Conseil d’administration demeurent déterminés dans leur adhésion aux normes de gouvernance institutionnelle les plus élevées. En conséquence, nous poursuivrons notre stratégie de soutien sans faille à nos parties prenantes et demeurons ouverts au dialogue pour toutes affaires liées à notre activité.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Rentrée judiciaire à Abuja

Cédéao

La Cour de justice de la Cédéao vient d'effectuer sa rentrée judiciaire. L'ambassadeur togolais a salué le rôle joué par cette institution.

Claude Le Roy n'est pas seul responsable

Sport

Le public togolais pose désormais la question ouvertement : faut-il se séparer de Claude Le Roy, le sélectionneur des Eperviers.

La réciprocité est enrichissante

Coopération

Victoire Tomégah-Dogbé a lancé lundi le volontariat de réciprocité à l'échelle ouest-africaine.

A livres ouverts

Culture

La Foire internationale du livre de Lomé (FI2L)  aura lieu du 10 au 13 novembre à Lomé sur le site de la Blue Zone de Cacavéli.