Exercice nécessaire

16/06/2012
Exercice nécessaire

La Revue conjointe des portefeuilles de projets et programmes financés par la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD), s’est achevée vendredi à Lomé.

C’est la première fois que le gouvernement togolais et ses deux partenaires conduisent un tel exercice depuis leurs ré-engagements en 2008.

L’objectif principal était de passer en revue l’ensemble des opérations en cours et en préparation, mais également d’évaluer leurs performances et d’analyser les principales contraintes auxquelles sont confrontées les équipes chargées de leur mise en œuvre.

La Banque mondiale a actuellement 9 projets en cours d’exécution au Togo et 12 fonds fiduciaires. Total de l’engagement, 140 milliards de Fcfa. Du côté de la BAD, c’est 17 projets pour une enveloppe d’environ 92 milliards de Fcfa.  

« L’aspect le plus important de la Revue a été les discussions sur les procédures qui s’appliquent aux projets financés par les deux institutions, notamment les procédures de passations des marchés, la gestion financière, les politiques de sauvegarde environnementale et sociale, et les mesures de suivi-évaluation », souligne le communiqué final.

Lire le communiqué final

Le Gouvernement Togolais, en collaboration avec la Banque mondiale et la Banque Africaine de Développement (BAD), a procédé du 14 au 15 juin 2012 à la Revue conjointe des portefeuilles de projets et programmes financés par les deux institutions au Togo. 

Pour le gouvernement et ses partenaires, il s’agit d’un exercice important dont l’objectif principal est de passer en revue l’ensemble des opérations en cours et en préparation, pour apprécier leurs performances, et analyser les principales contraintes auxquelles sont confrontées les différentes équipes chargées de leur mise en œuvre.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le gouvernement togolais, notamment par Son Excellence Madame Dédé Ahoéfa Ekoue, Ministre auprès du Président de la République, chargée de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire, Gouverneur de la Banque mondiale, et par Son Excellence Adji Oteth Ayassor, Ministre de l’Economie et des Finances, Gouverneur de la Banque Africaine de Développement. 

Etaient aussi présents, les ministres ayant la tutelle des projets.  

Du côté des deux partenaires, on notait la présence de Monsieur Madani M. Tall (Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour le Togo), de Monsieur Hervé Assah (Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo), de Monsieur Serge-Marie N’Guessan (Représentant Résident de la BAD au Togo), et d’une dizaine de spécialistes des deux institutions.

On a noté une très forte participation aux travaux, avec plus de 150 participants parmi lesquels il y avait les équipes des projets financés par les deux institutions, des cadres de l’administration publique, des représentants de la société civile, du secteur privé, et du monde académique.

C’est la toute première fois que le gouvernement et ses deux partenaires conduisent un tel exercice depuis leurs ré-engagements en 2008. 

Dédé Ahoéfa Ekoue, la ministre de la Planification

La Revue a révélé deux portefeuilles assez jeunes, avec un âge moyen de 2 ans pour les projets financés par la Banque mondiale, et de 1 an pour ceux financés par la BAD.  Du côté de la Banque mondiale, on dénombre 9 projets en cours d’exécution et 12 fonds fiduciaires, le tout pour un montant total de près de 280 millions de dollars US, soit environ près de 140 milliards de francs CFA. Pour la Banque Africaine de Développement, il y a 17 projets en cours pour un montant de 121 millions de dollars US, soit environ 92 milliards de francs CFA engagés. D’autres projets sont en cours de préparation.

La Revue a aussi montré que les deux portefeuilles se portent assez bien dans l’ensemble, et donnent des résultats assez satisfaisants qui sont en train d’avoir des impacts sur les populations bénéficiaires.

L’aspect le plus important de la Revue a été les discussions sur les procédures qui s’appliquent aux projets financés par les deux institutions, notamment les procédures de passations des marchés, la gestion financière, les politiques de sauvegarde environnementale et sociale, et les mesures de suivi-évaluation. 

Les débats ont été très ouverts et francs et ont permis de faire ressortir les principales contraintes et problèmes auxquels font face les différentes parties prenantes à la mise en œuvre des projets. 

D’importantes recommandations ont alors été formulées pour apporter des solutions aux problèmes qui entravent la bonne mise en œuvre des opérations et améliorer la performance des deux portefeuilles en vue de l’atteinte rapide des résultats fixés.

Le souci commun du gouvernement et de ses partenaires est avant tout de veiller à la qualité de leurs interventions. Dans ce sens, un Plan d’Action a été élaboré pour un meilleur suivi des principales recommandations.

Le gouvernement et ses partenaires ont convenu de se retrouver sur une base plus régulière pour conduire ce genre d'exercice, afin de trouver des solutions concertées aux difficultés structurelles communes aux projets. 

Ces revues conjointes  viennent en complément aux actions de supervision conjointe des projets et des autres mécanismes nationaux de suivi des projets.  

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.