Fin de la réunion ministérielle à Niamey

14/12/2012
Fin de la réunion ministérielle à Niamey

La réunion ministérielle de l'UEMOA s’est achevée vendredi à Niamey (Niger). Elle était présidée par Adji Otéth Ayassor, le ministre togolais de l’Economie et des Finances, président par intérim du Conseil des ministres de l'Union.

Les questions relatives à la situation économique dans la zone et celles concernant la stabilité monétaire ont été abordées. Les perspectives semblent satisfaisantes, malgré la crise internationale qui a des effets directs sur les pays de la région. L’Union économique et monétaire ouest-africaine table sur une croissance de 6,5% en 2013, avec des disparités selon les membres.

Les ministres ont aussi évoqué l’application de la loi uniforme sur les comptes dormants et la reprise de la Banque régionale de solidarité (BRS). Autre dossier discuté, celui de la microfinance.

« Après la forte décélération observée en 2011 et les troubles socioéconomiques constatés dans plusieurs pays, la croissance moyenne a été de 5% dans la zone », avait indiqué M. Ayassor à l’ouverture des travaux.

Le président en exercice de l’UEMOA est le président du Togo, Faure Gnassingbé.

Samedi, M. Ayassor participera avec son collègue des Affaires étrangères Elliott Ohin à la réunion des ministres des pays membres du Conseil de l’Entente dont le sommet est prévu le 17 décembre.

Le Conseil de l’Entente regroupe le Togo, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Niger.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un modèle exemplaire de la coopération européenne

Coopération

Fréquentes au Togo, les pluies tropicales provoquent d’importantes inondations, notamment en milieu urbain.

Veille sanitaire

Santé

La grippe aviaire a fait son retour dans deux préfectures. Des mesures d'urgence ont été imposées doublées d'une surveillance sanitaire.

Rien ne va plus à Kinshasa

Union Africaine

En RDC, le médiateur togolais Edem Kodjo est dans l'incapacité de réunir le pouvoir et l'opposition. 

Le secteur privé ne contribue pas pleinement à la politique de relance

Développement

Le Togo, via différents accords et conventions, s’est engagé a utiliser de la façon la plus efficace l’aide publique au développement (APD).