La BM va appuyer la restructuration du secteur bancaire

02/04/2009
 La BM va appuyer la restructuration du secteur bancaire

Le Conseil d'administration de la Banque mondiale (BM) a approuvé mardi un nouveau don de 6 milliards de Fcfa en faveur du Togo. Cette somme servira à appuyer le programme de réformes du secteur financier, initié par le  gouvernement. Cette aide sera, notamment, utilisée pour appuyer la restructuration des banques et aider les entreprises privées. La BM a relancé sa coopération avec Lomé il y a un an.

Voici le communiqué publié par la Banque mondialeLe Conseil Administration de la Banque mondiale a approuvé, ce jour à Washington, le Projet Secteur Financier et Gouvernance (PSFG). Financé par un don d'un montant total de 12 millions de dollars US (environ 6 milliards de francs CFA), le nouveau projet a pour objectif principal d'aider à améliorer la stabilité du secteur financier togolais, en appuyant le programme de réformes du secteur financier du Gouvernement.

Le PSFG est composé de quatre (4) composantes principales, qui sont brièvement décrites dans les paragraphes suivants.

 -  Restructuration du secteur bancaire (4,40 millions de dollars US, soit environ 2,20 milliards FCFA) – Cette composante va appuyer la stratégie de restructuration bancaire adoptée par le Gouvernement et fournira, en particulier, une assistance technique afin de finaliser la restructuration financière et institutionnelle des trois banques à capitaux publics (BTCI, BIA-Togo et UTB). Ceci inclura l'identification de partenaires bancaires privés stratégiques pour la BTCI, l'UTB, la BIA-Togo, ainsi que pour la BTD (qui n'est pas en restructuration).

 -  Renforcement du secteur de la microfinance (3,20 millions de dollars US, soit environ 1,60 milliards FCFA) — Cette composante se focalisera sur le renforcement de la stabilité du secteur de la microfinance, à travers une amélioration de la surveillance interne (avec en particulier, un renforcement de la capacité des réseaux de coopératives et de crédits à superviser leurs membres) et de la supervision externe des institutions de microfinance. Cette composante s'inscrit dans le cadre de la Stratégie Nationale de Microfinance (2008-2012) et sera entreprise en coordination avec le Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD) et le Fonds d'Équipement des Nations Unies (FENU).

 -  Reforme du secteur des pensions (1 million de dollars US, soit environ 500 millions FCFA) — Cette composante s'attèlera à la réforme de la Caisse des Retraités du Togo (CRT) et de la branche « retraite » de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), avec pour objectif de restaurer la viabilité financière de ces deux institutions.

-  Appui à la mise en Œuvre des reformes dans le secteur financier et le secteur privé (1 million de dollars US, soit environ 500 millions FCFA) — Cette dernière composante du Projet vise à accroître la capacité du Gouvernement à conduire les réformes prioritaires dans les secteurs financier et privé, à travers le Secrétariat permanent pour le suivi des politiques de réformes et des programmes financiers, et la Direction de l'économie. Elle contribuera également à renforcer le dialogue entre le secteur public et le secteur privé.

Selon Madame Guillemette Jaffrin, Spécialiste du secteur financier et Responsable du projet à la Banque mondiale : « Le PSFG a été conçu en collaboration étroite avec le Gouvernement togolais pour répondre aux difficultés auxquelles fait face le secteur financier au Togo, et en particulier le secteur bancaire. Un secteur bancaire assaini est une condition primordiale pour la relance de la croissance économique tirée par le secteur privé. Il s'agit donc d'entreprendre une restructuration pérenne du secteur bancaire qui passe par un désengagement de l'État de ce secteur. Par ailleurs, considérant le rôle important que joue la microfinance dans l'accès aux services financiers par la population togolaise, il est aussi important de s'assurer de la stabilité et de la solidité de ce secteur. Enfin, le Togo met en Œuvre un programme de réformes ambitieux, mais crucial, et un appui sera fourni au Ministère de l'Économie et des Finances pour l'épauler dans cette tâche ardue. La collaboration avec le Ministère de l'Économie et des Finances a été extrêmement productive pendant la phase de préparation du projet et nous sommes confiants qu'elle le restera tout au long de l'exécution du projet. ».

 Quant au Représentant résident de la Banque mondiale au Togo, Monsieur Joseph Baah-Dwomoh, il s'est réjoui de l'approbation du PSFG par le Conseil d'administration : « Je me réjouis de l'approbation de ce nouveau projet pour le Togo, et je tiens à féliciter le Gouvernement togolais pour son engagement à entreprendre des réformes difficiles, mais nécessaires pour le secteur financier. Ce projet est très important, et sa bonne exécution contribuera à renforcer le secteur financier togolais et à établir une base saine pour le développement du secteur privé et une croissance économique soutenue. Je voudrais inviter le Gouvernement togolais, ainsi que toutes les parties prenantes à tout mettre en Œuvre pour que le démarrage effectif des activités du projet intervienne le plus rapidement possible. La Banque mondiale reste disponible pour accompagner le Togo dans ce processus ».

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.