La Banque mondiale doit faire plus et mieux

07/06/2010
La Banque mondiale doit faire plus et mieux

La Banque mondiale (BM) entame cette semaine des consultations régionales sur la réactualisation de son "Plan d'Action pour l'Afrique". Objectif : recueillir les avis des pays pour améliorer ses interventions en sur le terrain.
La réunion concernant l’Afrique de l’Ouest se tiendra à Dakar (Sénégal) le 10 juin. La délégation du Togo sera conduite par Sylvain Outchantcha (photo), administrateur financier et conseiller du ministre de l’Economie et des Finances.
La position du Togo est simple : La BM a fait beaucoup pour aider le pays, mais elle pourrait faire encore beaucoup plus compte tenu des réformes en profondeur engagées depuis 5 ans.

Republicoftogo.com : Qu’allez-vous demander de concret à la Banque mondiale lors de travaux de Dakar ?
Sylvain Outchantcha : Les difficultés du Togo comme, de plusieurs pays de la sous région sont énormes.
Nous avons déjà fixé les priorités dans le document de stratégie de réduction de la pauvreté et dans le plan d’action prioritaire.
Il s’agit, en particulier, des infrastructures routières et ferroviaires.
Le Togo reste toujours en attente d’un appui conséquent de la Banque pour réhabiliter le réseau routier et surtout assurer l’extension de son chemin de fer susceptible, à terme, de relier les pays de l’Hinterland.
Le Togo a aussi le projet de créer des ports secs à travers le pays pour désengorger le Port de Lomé.
Il y a également des besoins dans le secteur de l’énergie, l’eau et surtout l’agriculture.
Bien sûr, la BM nous a énormément aidé dans beaucoup de secteurs, mais nous souhaitons qu’elle fasse davantage.
Il y a des projets qui demandent des financements importants mais sur lesquels la Banque n’intervient pas parce que les ressources disponibles par pays sont limitées.
Je pense que dans la revue de ses stratégies à l’égard des économies d’Afrique de l’Ouest, la BM doit prendre la responsabilité de financer des opérations importantes afin de permettre à nos pays de connaître à terme le développement.
Par ailleurs, les procédures de la Banque mondiale sont trop longues et parfois trop contraignantes. Elles ne prennent pas en compte des cas d’urgence alors qu’il y a des moments où, le pays a besoin d’un appui immédiat.
Ce fut le cas lors des inondations survenues ces dernières années.
Nous allons aussi demander à l’institution d’être un peu souple vis-à-vis des autres partenaires et d’éviter de jouer le gendarme auprès des pays demandeurs.
La plupart des pays d’Afrique sont indépendants depuis 50 ans ; il n’est pas juste qu’ils soient encore dans une situation de dépendance. La Banque mondiale doit jouer pleinement son rôle dans l’éclosion des économies et surtout dans leur industrialisation.

Republicoftogo.com : Le Togo a largement réformé depuis cinq ans, alors pourquoi la Banque est-elle si frileuse ?
Sylvain Outchantcha : Je ne connais pas les raisons qui expliquent les réticences de la Banque à accompagner franchement le Togo avec des financements importants après tous les efforts qui ont été consentis par le pays pour sortir de la crise.
Est-ce que le Togo ne soumet pas de projets d’envergure pour le développement ? Je ne le crois pas. Aujourd’hui l’opposition a fait son entrée au gouvernement, nous pensons que cela doit aussi contribuer à balayer tout ce qui est obstacle politique au Togo.
Je pense sincèrement que le Togo mérite des interventions plus accrues de la part des partenaires internationaux, comme la BM, pour aider au lancement d’ actions de développement significatives.
Republicoftogo.com : Pensez-vous que le Togo, à lui seul, a la capacité de convaincre la BM ou votre requête s’inscrit dans une démarche collégiale ?
Sylvain Outchantcha : Il y a naturellement des spécificités par pays.. Mais il n’en demeure pas moins qu’il y a des situations communes pour l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest qui méritent une démarche collective auprès de la Banque mondiale.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Du porte à porte pour lutter contre le sida

Santé

27.989 habitants de Lomé sont directement touchés par le sida. La grande majorité est traitée par ARV.

Le PNUD est à un moment décisif de sa coopération avec le Togo

Développement

Helen Clark, la patronne du PNUD, s’est entretenu mercredi à Lomé avec le Premier ministre et le ministre de l’Economie et des Finances

Le combat d'Helen Clark contre la pauvreté

Développement

Helen Clark, l’Administrateur du PNUD, a entamé mercredi une visite de 24h au Togo. Au programme, un appui au PUDC et aux femmes.

Les tailleurs de pierre ont de l'avenir

Coopération

Dans la région des Savanes et de la Kara, la pierre est une ressource naturelle. Des jeunes sont formés aux techniques de taille.